Dans un communiqué envoyé à France 3, François Chollet s'explique :

"J'ai décidé de déposer auprès du conseil constitutionnel un recours contre l'élection de P Cabaré dans la première circonscription de le Haute Garonne.
En effet l'utilisation  indue des outils de propagande LREM par  P Cabaré pendant toute la campagne électorale alors que l'investiture lui avait été retirée, a faussé la sincérité du scrutin.
De plus je pense que la négation  réitérée par le candidat de ce retrait d'investiture dans une campagne dans laquelle l'investiture En Marche a été déterminante a conduit a tromper les électeurs.
C' est la raison pour laquelle, j'ai résolu de demander au conseil constitutionnel de trancher.
François Chollet"

Pierre Cabaré avait perdu son investiture
En 2003, Pierre Cabaré a été condamné à une peine d'inéligibilité de un an. Une condamnation qu'il s'est bien gardé de révéler à la commission d'investiture du mouvement En Marche qui récusait tout candidat dans cette situation.
Lorsque l'affaire fut révélée au grand public, le mouvement ne put que prononcer la désinvestiture du candidat toulousain. A part que les documents officiels de campagne (profession de foi, affiche électorale et bulletins de vote) avaient déjà été acceptés par la Préfecture.
Pierre Cabaré pouvait donc utiliser ces documents et apparaitre devant les électeurs comme un candidat officiel d'En Marche.

Pour François Chollet qui était arrivé quatrième au premier tour, il y a eu tromperie. Il décide donc de déposer un recours. S'il va jusqu'au bout de son geste, le conseil constitutionnel devra décider si ce recours est recevable ou pas.