Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

A Toulouse, 200 personnes participent à la marche des femmes

© Marc Raturat, France 3 Midi-Pyrénées
© Marc Raturat, France 3 Midi-Pyrénées

Au lendemain de l'investiture de Donald Trump comme 45ème Président des Etats-Unis, les associations de défense des droits des femmes et des citoyens appelaient à manifester, pour défendre leur liberté partout dans le monde. Toulouse était aussi mobilisée.

Par Delphine Gerard

A Washington, Londres, Paris ou encore Toulouse. La ville rose a participé à la mobilisation internationale la "Marche des femmes".
200 personnes se sont rassemblées ce samedi en centre-ville, certaines portant le bonnet rose à oreilles de chat, surnommé "pussy hat" en référence au "pussy" utilisé par Donald Trump dans une vidéo qui avait fait scandale pendant la campagne.


Contre les incitations à la haine et les actions réactionnaires

Sur les tracts distribués dans la manifestation toulousaine, on pouvait lire :"défendre les droits des femmes aux Etats-Unis, c'est défendre les droits des femmes en france et dans le monde entier. Nous marcherons contre les incitations à la haine, les attittudes discriminatoires, les messages et actions réactionnaires."

En se gardant d'être réduit à un mouvement anti-trump, la mobilisation a été selon ses organisateurs "impulsée par les femmes rassemblant des personnes de tous les sexes, âges, races, cultures et étiquettes politiques", au nom de l' "humanité partagée", la "résistance" et la "liberté".


Un melting-pot de citoyens inquiets

Au départ, tout est parti de l'idée d'une retraitée d'Hawaï, Teresa Shook. Au lendemain de la défaite d'Hillary Clinton, la retraitée, qui nourrissait l'espoir de voir une femme accéder au bureau ovale décide de lancer l'idée d'une marche sur Washington, lors de l'investiture de Trump. Très vite relayée par d'autres personnalités, l'initiative prend de l'écho jusqu'à dépasser les frontières des Etats-Unis.

Désormais, les participants à cette marche forment un melting-pot de citoyens défenseurs des droits civiques, de l'environnement, de l'avortement ou encore des féministes, des pacifistes, des homosexuels.... Tous inquiets du devenir de leurs droits et de leur liberté. 

Retrouvez ici l'interview de Gina Granelli, porte-parole toulousaine de la "Marche des femmes" et membre de "Democrats Abroads" (parti des démocrates de l'étranger), au micro de Marc Raturat

A Toulouse, 200 personnes participent à la marche des femmes
Interview de Gina Granelli, de Democrats Abroad - France 3 Midi-Pyrénées

 

Sur le même sujet

SUIVEZ L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2017 SUR FRANCE INFO

Tarbes : dans les coulisses du haras national

Près de chez vous

Les + Lus