Toulouse : des policiers mordus par les chiens d'un SDF lors d'une opération jugée “disproportionnée” par des témoins

© Archives AFP
© Archives AFP

2 fonctionnaires de la police nationale et 2 policiers municipaux ont été mordus par les chiens d'un SDF au moment où ils intervenaient pour l'évacuer de la place de la Daurade. Mais des témoins indiquent que le jeune marginal n'avait commis aucun délit et que l'opération était "disproportionnée"

Par Fabrice Valery

4 policiers, deux nationaux et deux municipaux, ont été blessés mercredi soir vers 23 heures à Toulouse par des morsures de chiens, a-t-on appris de source policière. Les policiers intervenaient conjointement place de la Daurade. Ils tentaient d'évacuer un SDF qui avait été contrôlé, selon cette source à cinq reprises au même endroit ces deux derniers mois.
L'homme aurait alors "lâché les chiens" selon les policiers. Les fonctionnaires de police ont alors été mordus par les chiens. Les policiers sont légèrement blessés.

Des témoins ont une autre version

Plusieurs témoins nous ont fait connaître à France 3 Midi-Pyrénées leur propre version de ce qui s'est déroulé. Beaucoup de monde était installé mercredi soir place de la Daurade lorsqu'une vingtaine de policiers municipaux sont descendus sur les lieux, encadrés par un officier de police judiciaire et des hommes de la police nationale qui étaient restés sur le haut du quai.
Selon ces témoins, les policiers municipaux intervenaient pour faire respecter l'interdiction de consommer de l'alcool sur la voie publique, lorsqu'ils ont demandé à un jeune marginal accompagné de ses chiens de quitter les lieux. Le jeune homme, qui d'après ces témoins n'avait pas consommé d'alcool, a accepté de partir, mais au bout de quelques minutes, il a été maîtrisé, plaqué au sol puis interpellé dans un véhicule de police. C'est à ce moment que dans la confusion, les chiens auraient mordus des policiers avant d'être placés en fourrière. Les animaux, tenus en laisse, n'auraient donc pas été lâchés sur les policiers.

Un appel à témoin... citoyen

Plusieurs personnes présentes sur les lieux en cette belle soirée de fin de printemps ont été choquées par l'intervention de la police qu'elles jugent "démesurée". Pour elles, le jeune marginal n'avait commis aucun délit et l'opération de police, sous couvert de faire respecter les arrêtés anti-alcool, visait à "déplacer" ce SDF habitué des lieux. Ces témoins ont donc décidé de lancer un appel à témoins citoyen pour rassembler des éléments. Et envisagent même de porter plainte contre cette opération de la police municipale. 

Des interventions souvent "difficiles et compliquées"

Dans un communiqué, le syndicat Unité SGP Police apporte "son total soutien aux effectifs intervenants" et "déplore la polémique entamée sur certains supports médias alors que les policiers ont mené leur mission dans un contexte de présence de marginaux ne facilite guère les opérations et il est souvent difficile et compliquer de rétablir la tranquillité et la paix publique à des heures tardives dans cette configuration de consommation excessive d’alcool".

Sur le même sujet

Au commissariat de Toulouse, des élèves de CM2 découvrent le métier de policier

Près de chez vous

Les + Lus