Toulouse : sa Garonne et ses digues

La Garonne est un atout pour la ville rose, mais aussi, un risque. La ville a subi de lourds dégats suites aux inondations dont la plus marquante reste celle de 1875. Aujourd'hui, les digues la protègent mais un grand chantier de rénovation a été lancé. 

Par Karine Pellat

Les inondations de 1875

La crue de référence, qui a le plus marqué la ville rose est celle de 1875.
Les 23 et 24 juin 1875, les eaux de la Garonne vont monter de plus de 10 mètres. Le bilan de plus de 200 morts restera dans les mémoires. Sans compter les dégats matériels, notamment dans les quartiers de St-Cyprien et des Amidonniers.

La crue de la Garonne en juin 1875


Mais d'autres crues, comme celle de 1952, ont aussi marqué les esprits. C'est d'ailleurs juste après que seront construites les digues sur la Garonne, à partir de la fin des années 60.

16 kilomètres de digues


Aujourd'hui, 16 kilomètres de digues protègent 50 000 toulousains. Un ouvrage de sécurité indispensable dont les deux tiers appartiennent à l'Etat, 19% à la ville, 2,5% au CHU de Toulouse pour le bâtiment-digue de La Grave et 0,5% à des exploitants hydroélectriques (Bazâcle).


Des travaux colossaux


Depuis 2012, des travaux de rénovation colossaux ont été programmés. Il s'agit de rénover les digues, en les renforçant. Une première phase a été réalisée sur 2000 mètres de digues pour près de 21 millions d'euros. 
La seconde phase, qui doit durer jusqu'à 2020, concerne 3,2 km pour un coût de 23,5 millions d'euros.
Une fois les travaux achevés, l'Etat doit céder la propriété de ses digues à la ville. Un héritage précieux, mais coûteux.

Et après ?


Après l'avenue de Muret, autour des amidonniers, la digue sera fermée à la circulation pendant un an et demi. Au delà des nuisances, les habitants s'inquiètent du rendu, qui doit supprimer une partie des végétaux.


Un reportage de Delphine Gérard et Xavier Marchand :

Les travaux sont les digues de la Garonne
Les digues de la Garonne ont été construites dans les année 60. - F3 Occitanie

Pour aller plus loin : "Toulouse, ville inondée, ville inondable", site réalisé par la mairie de Toulouse et la Préfecture de Haute-Garonne.

Sur le même sujet

A Perpignan, l'état de la prison inquiète

Près de chez vous

Les + Lus