Meurtre de Montady: faute de délai raisonnable pour un second procès, deux hommes libérés

Luis Bueno a été roué de coups à Montady, près de Béziers en 2012. Deux hommes avaient été condamnés en première instance à 12 et 15 ans de réclusion en 2015. Le procès en appel n'étant pas attendu avant fin 2018, la chambre de l'instruction a décidé de les libérer. La partie civile est écoeurée. 

Par Olivier Le Creurer

Plus de quatre ans détention


Un des deux détenus, Jean-Joseph Salguéro, condamné en première instance à 12 années de réclusion, a fait valoir une demande de remise en liberté après 4 ans et 2 mois de détention. Il a été libéré le 5 septembre dernier. le second, Antoine Heleria, condamné à 15 ans de réclusion, a lui été libéré cette semaine, sous contrôle judiciaire.


"Délai raisonnable"

Le famille et les amis de la victime ne comprenent pas mais l'article 6 de la convention européenne des droits de l'homme est strict: "Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement, publiquement et dans un délai raisonnable."

Les suspects de la rixe mortelle Montady relâchés: réaction de l'avocate de la partie civile, Annie Auret

Rappel des faits


Le 8 octobre 2012, Luis Bueno, 45 ans, avait été retrouvé par les pompiers au cœur du boulodrome de Montady, près de Béziers, seul, le visage tuméfié et inconscient. Ils avaient été prévenus par un coup de téléphone. Mais malgré leurs efforts, l'homme avait succombé à ses blessures.

Frappé à coups de poing et de pied


Un témoin avait affirmé avoir vu la victime frappée à coups de poing et de pied sur le boulodrome par des hommes avant qu'ils ne prennent la fuite. Quelques minutes avant le drame, l'homme battu à mort avait été vu dans un bar du village en train de suivre un match OM-PSG pendant lequel il aurait refusé de payer une bouteille, déchaînant la violence de clients du bar.

Les trois meurtriers présumés avaient été arrêtés après deux mois de cavale. Depuis, l'un d'entre eux est décédé. En juin 2015, la cour d'assises de l'Hérault a condamné Antoine Heleria à 15 ans de réclusion et Jean-Joseph Salguero à 12 ans. Le parquet avait fait appel d'où la tenue d'un second procès.

Sur le même sujet

Ariège : réquisitoire sévère pour l'éleveur poursuivi pour feux d'écobuage non déclarés

Près de chez vous

Les + Lus