La députée Emmanuelle Ménard veut une évolution de la ligne du FN vers “l'union des droites”

Emmanuelle Ménard (FN-Debout La France-MPF), députée de la 6e circonscription de l'Hérault. / © France 3 LR
Emmanuelle Ménard (FN-Debout La France-MPF), députée de la 6e circonscription de l'Hérault. / © France 3 LR

Invitée de RTL, ce mardi, Emmanuelle Ménard a dit espérer une évolution de la ligne du Front national vers une stratégie de "l'union des droites", sinon le départ de Florian Philippot du FN ne sera qu'un "coup d'épée dans l'eau". La députée de l'Hérault a ajouté : "il faut arrêter l'immigration".

Par FD avec afp

Emmanuelle Ménard, députée de la 6e circonscription de l'Hérault, celle de Béziers, était l'invitée politique de la station de la rue Bayard, ce mardi matin.

"J'espère que la ligne défendue par le Front national et par Florian Philippot au sein du Front national va évoluer, sinon c'est un coup d'épée dans l'eau", a déclaré Emmanuelle Ménard sur RTL.

"Il ne s'agit pas de rediaboliser, de revenir au Front national de M. Le Pen père, absolument pas. Effectivement, tout le travail de dédiabolisation comme on dit a porté ses fruits, c'est très bien. Mais maintenant il faut avoir un cap politique clair et ce cap, il ne peut pas être à gauche toute et surfer sur la ligne Mélenchon", a estimé la députée de l'Hérault, élue avec le soutien du FN.


"Depuis les régionales, les présidentielles et les législatives, on n'a jamais réussi avec cette ligne-là à gagner une élection", a insisté Emmanuelle Ménard.

"Nous, à Béziers, on a une autre démarche, une démarche d'union des droites"


En 2014, son mari Robert Ménard a été élu maire "grâce au Front national mais pas seulement. Il a été soutenu par d'autres partis politiques. Au sein de sa majorité municipale il y a plus d'élus Républicains que d'élus Front national" et "plus de gens sans étiquette que de gens avec étiquette", a-t-elle dit.

"Tant qu'on ne s'alliera pas les uns et les autres sur un programme et des idées communes qui sont des idées de droite, même s'il peut y avoir des variables d'ajustement, on ne gagnera pas", a plaidé la députée.


Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Au commissariat de Toulouse, des élèves de CM2 découvrent le métier de policier

Près de chez vous

Les + Lus