Examens 2017
avec

Rechercher un résultat

Montpellier : les difficiles épreuves de la fac commencent pour les jeunes bacheliers

A l'université Paul Valéry à Montpellier, 300 jeunes bacheliers étaient attendus pour s'inscrire pour la rentrée 2017/2018, le début d'un long parcours semé d’embûches - 6 juillet 2017  / © France 3 LR
A l'université Paul Valéry à Montpellier, 300 jeunes bacheliers étaient attendus pour s'inscrire pour la rentrée 2017/2018, le début d'un long parcours semé d’embûches - 6 juillet 2017 / © France 3 LR

A l'université Paul Valéry à Montpellier, 300 jeunes bacheliers étaient attendus pour s'inscrire pour la rentrée 2017/2018, le début d'un long parcours semé d’embûches.

Par Joane Mériot

Dans l’académie de Montpellier, 77,7% des candidats au bac viennent d’obtenir leur diplôme. Mais pour certains, l’angoisse de la rentrée commence déjà, les facs sont surchargés, résultats les futurs étudiants se retrouvent sur listes d’attente.

L’université est censée être ouverte au plus grand nombre. Seulement, depuis quelques années le nombre d’élèves en fac ne cesse d’augmenter, il faut donc en limiter l’accès. Certaines filières universitaires sont dites « sous tensions », c’est-à-dire que le nombre de postulants est largement supérieur aux capacités d’accueil.

De nombreux jeunes bacheliers vont se retrouver à la rentrée à emprunter un parcours pour lequel ils ne se destinaient pas.

Reportage de Daniel De Barros et Valérie Banabera à l’université Paul Valéry de Montpellier.
Montpellier : les difficiles épreuves de la fac commencent pour les jeunes bacheliers
Dans l’académie de Montpellier, 77,7% des candidats au bac viennent d’obtenir leur diplôme. Mais pour certains, l’angoisse de la rentrée commence déjà, les facs sont surchargés, résultats les futurs étudiants se retrouvent sur listes d’attente. - France 3 LR - Daniel De Barros et Valérie Banabera

Mais après l’inscription en licence la galère continue...

Le chemin de l’enseignement supérieur s’avère chaotique pour certains, une fois la licence validée, vient l'épreuve du master où une sélection est également appliquée. Et là, de nombreux diplômés sont laissés au bord du chemin.

Le premier ministre, Edouard Philippe, vient d'annoncer la mise en place des "contrats de réussite étudiante" qui indiqueront aux lycéens les prérequis nécessaires pour réussir dans une filière. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Tarn : première moisson de lupin

Près de chez vous

Les + Lus