Affaire Altrad-Laporte : les clubs pros en appellent au comité d'éthique de la FFR

Bernard Laporte et Mohed Altrad, en février 2017 à Toulouse. / © PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE/MAXPPP
Bernard Laporte et Mohed Altrad, en février 2017 à Toulouse. / © PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE/MAXPPP

Les présidents des clubs professionnels, réunis mercredi, demandent au comité d'éthique et de déontologie du rugby français, un organe de la Fédération, de présenter "des propositions" pour "éviter à l'avenir les conflits d'intérêts potentiels", comme dans l'"affaire Altrad-Laporte".

Par Z.Soullami avec AFP

A la suite des soupçons de favoritisme qui pèsent sur le président de la Fédération Bernard Laporte, les présidents des clubs professionnels, réunis mercredi, demandent au comité d'éthique et de déontologie du rugby français, un organe de la Fédération, de présenter "des propositions" pour "éviter à l'avenir les conflits d'intérêts potentiels".

Les clubs en appellent au comité d'éthique de la FFR


"Ils déplorent le climat créé par les relations entre le groupe Altrad et la FFR, et ses conséquences sur l'image du rugby français. Les Présidents de clubs souhaitent donc que des règles claires soient fixées afin d'éviter à l'avenir les conflits d'intérêts potentiels, et en appellent au comité d'éthique et de déontologie du rugby français afin qu'il présente des propositions" indique dans un communiqué la Ligue nationale de rugby (LNR).

L'affaire Altrad-Laporte


Bernard Laporte a, selon L'Equipe et le JDD, demandé au président de la commission d'appel fédérale de diminuer fin juin les sanctions prises en première instance par la commission de discipline de la Ligue envers Montpellier. Le ministère des Sports a diligenté une enquête administrative pour faire la lumière sur ce sujet. Montpellier est dirigé par Mohed Altrad, devenu en mars le premier partenaire maillot du XV de France et avec qui Laporte a signé, après son élection à la tête de la FFR le 3 décembre, un contrat d'image pour un montant de 150.000 euros. Face à la polémique, il y a depuis renoncé.

Optimiser la préparation du XV de France


La Ligue s'est également mercredi déclarée prête à "pérenniser sur la période 2018-2023" le dispositif en vigueur cet été pour optimiser la préparation du XV de France : 45 joueurs, du "Groupe France", ont bénéficié d'une intersaison de 10 semaines sans match, dont quatre de préparation dans leur club mais concoctées par l'encadrement des Bleus. Cette avancée pour le XV de France fait partie d'un avenant à l'actuelle convention FFR/LNR, qui doit être remplacée par une nouvelle pour la période 2018-2023 après négociations entre les deux parties. La LNR souhaite qu'elle commence "dès novembre" pour que la nouvelle convention soit présentée aux assemblées générales de juin des deux institutions.

Mettre en valeur la formation


Enfin, la LNR se dit "prête" à renforcer le système des JIFF (Joueurs issus des filières de formation) actuellement en vigueur, tant au niveau du nombre de JIFF devant être alignés en moyenne sur la feuille de match (14 sauf exceptions) que des sanctions en cas de non respect (jusqu'à 10 points retirés en début de saison prochaine).

A lire aussi

Sur le même sujet

Sallèles-d'Aude cherche un médecin généraliste

Près de chez vous

Les + Lus