Hérault : un foyer pour jeunes doit fermer ses portes, 180 000 euros ont disparu des comptes

Le foyer pour adolescents de Saint-Gély-du-Fesc a dû fermer ses portes en urgence - 5 septembre 2017 / © France 3 LR
Le foyer pour adolescents de Saint-Gély-du-Fesc a dû fermer ses portes en urgence - 5 septembre 2017 / © France 3 LR

Plus de 180 000 euros ont disparu des comptes du foyer pour jeunes de Saint-Gély-du-Fesc dans l’Hérault. Le président de l'association qui gérait ce centre d’accueil est soupçonné de s’être envolé avec l'argent, mi-août. Le foyer a dû fermer en catastrophe faute de financement.

Par Joane Mériot

Le foyer de Saint-Gély-du-Fesc, dans l’Hérault, qui accueillait 8 adolescents âgés de 14 à 18 ans en difficulté, a dû mettre la clé sous la porte. Ses pensionnaires ont été replacés dans d'autres structures du département.

Pour cause, 180 500 euros ont disparu des comptes. Le président de l’association qui gère le centre est soupçonné.

Depuis mi-août, le président de l’association Médiations Jeunes, ne donne plus signe de vie, il a juste envoyé un mail dans lequel il dit qu’il démissionne et que les salaires d’août ne pourraient être payés.

Le reportage d'Olivier Brachard et Enrique Garibaldi

Hérault : un foyer pour jeunes doit fermer ses portes, 180 000 euros ont disparu des comptes
Plus de 180 000 euros ont disparu des comptes du foyer pour jeunes de Saint-Gély-Du-Fesc dans l’Hérault. Le directeur du foyer, et président de l'association, qui gérait ce centre d’accueil est soupçonné de s’être envolé avec la somme mi-août, le foyer doit fermer ses portes de toute urgence. - France 3 LR - Olivier Brachard et Enrique Garibaldi

L’association subventionnée par le conseil départemental de l’Hérault, qui lui verse 500 000 euros par an, n’avait connu jusqu’ici aucun problème et était très bien géré puisqu’il disposait de près de 600 000 euros de trésorerie sur ses comptes en 2015.

Le conseil départemental de l’Hérault a déposé plainte vendredi auprès du procureur de la République de Montpellier pour détournement de fonds publics.

Il s’agit d’un détournement de fonds publics aggravé par le fait que la situation concerne des enfants confiés à la garde du département


Le président de l'association reste introuvable, il risque jusqu'à 10 ans d'emprisonnement et 1 million d'euros d'amende.
L’association, qui n’a plus de trésorerie, doit fermer ses portes. Les enfants ont été placés sous la responsabilité du département. 
Deux des salariés réfléchissent à créer une nouvelle structure pour l’accueil des adolescents.

Sur le même sujet

Sécheresse dans les Pyrénées-Orientales : 70 communes toujours en restriction d’eau

Près de chez vous

Les + Lus