La pièce de théâtre Djihad jouée devant les jeunes Montpelliérains du lycée Jules Guesde

La pièce de théâtre Djihad d'Ismaël Saidi fait le tour des lycées Belge et Français. Aujourd'hui elle a été visionnée par les élèves de du lycée Jules Guesde à Montpellier - 22 février 2017 / © France 3 LR
La pièce de théâtre Djihad d'Ismaël Saidi fait le tour des lycées Belge et Français. Aujourd'hui elle a été visionnée par les élèves de du lycée Jules Guesde à Montpellier - 22 février 2017 / © France 3 LR

La pièce "Djihad" est jouée devant les jeunes montpelliérains du lycée Jules Guesde. Elle a été reconnue d’utilité publique par la ministre de l’Éducation nationale, et elle est vue comme un véritable outil pédagogique dans le cadre du plan de prévention contre la radicalisation à l’école.

Par Joane Mériot

Créée dans une ville voisine de Molenbeek, un an avant les attentats de Paris, la pièce fait depuis le tour des lycées belges et français. Aujourd'hui elle a été visionnée par les élèves du lycée Jules Guesde à Montpellier.



La pièce est née en 2014 dans la petite ville de Schaerbeek juste à coté de Molenbeck. L'auteur c'est Ismaël Saidi, lui aussi confronté au départ en Syrie lorsqu'il est plus jeune, le projet de cette pièce murit en lui depuis longtemps.

En 2014, avec deux potes il met alors en scène cette pièce de théâtre dans l'espoir de faire tomber les murs entre les communautés avec humour.


Un extrait de la pièce de Théâtre


La pièce de théâtre Djihad joué devant les jeunes Montpelliérains du lycée Jules Guesde
Extrait de la pièce de théâtre Djihad d'Ismaël Saïdi - France 3 LR - Valérie Banabera et Bruno Pansiot Villon


C'est l'histoire de trois pieds nickelés belges récupérés par des fanatiques. Ismaël, Ben et Reda, trois jeunes radicalisés, sont bien décidés à rejoindre la Syrie. Les trois copains se sont jurés de tuer des "mécréants" au nom de leur religion, mais doivent d'abord affronter leurs passions. L'un aime "gribouiller", l'autre noie son chagrin d'amour dans l'alcool, le troisième est un fan d'Elvis Presley. Sur scène, aucun décor. Seulement trois pieds nickelés en jean et baskets, Une tragicomédie en huit tableaux dans laquelle le metteur en scène dénonce l'ignorance et le dogmatisme de jeunes embrigadés.

Un outil de prévention


Le sujet, si il peut sembler parfois taboo, attire et libère la parole au cours des débats qui suivent parfois la représentation.
Des échanges souvent émouvants en écho à l'expérience vécue par certains spectateurs.
Près de 30 000 scolaires ont déjà vu Djihad, devenue en deux ans un outil de prévention contre la radicalisation grâce aux rires qu'elle déclenche. 

Sur le même sujet

toute l'actu théâtre

Des feux d'artifice une fois par semaine tout l'été à La Grande-Motte

Près de chez vous

Les + Lus