Saint-Jacques-de-Compostelle : le pèlerinage au prix fort

10€, la coquille Saint-Jacques en souvenir, 70€ l’hôtel en moyenne… Le chemin Saint-Jacques-de-Compostelle attire les pèlerins… et la convoitise. Sur les chemins de Lozère, d'Espagne ou d'Aveyron, les tarifs sont parfois loin du partage et de la spiritualité.

© PASCAL PAVANI / AFP
Conques, en Aveyron, est une étape réputée sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle en Espagne : chaque année, des milliers de pèlerins y passent. Et sur le chemin, tout est payant. Nicolas, pâtissier, surveille ses dépenses. Selon lui, le chemin est trop commercial, éloigné de l'esprit de partage et d'entraide. "Il y a un côté business", estime-t-il. Ici, c'est 10 euros la coquille Saint-Jacques, symbole du chemin.
Compostelle : les chemins du profit

Un chemin de plus en plus commercial


Pour se loger, la solution : un gîte, 12 euros la nuit. "Les hôtels sont trop chers", explique Nicolas. 70 € la nuit en moyenne. Un de ses amis se dit lui aussi surpris par les prix : « c’est comme à Paris ! »
Sur le chemin, les voyages sont d'ailleurs de plus en plus organisés. Une équipe de France 2 a rencontré un groupe qui fait environ 25 km par jour... mais sans bagages : pour les porter, ils font appel à une entreprise privée : c'est sept euros par bagage et par étape. Le chemin est donc de plus en plus commercial, et les pèlerins traditionnels délaissent alors la voie principale pour des sentiers secondaires, notamment celui qui passe par la vallée du Célé (GR 651), où il y a beaucoup moins d'infrastructures.

Le pèlerinage rapporte 30 millions d’euros par an,de quoi pour certains en oublier la dimension spirituelle.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société paysages tourisme économie loisirs sorties et loisirs espagne international
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter