Lot : la société Figeac Aéro condamnée par la justice

Dans l'atelier de précision de Figeac Aéro. / © Figeac Aéro
Dans l'atelier de précision de Figeac Aéro. / © Figeac Aéro

Suite à l'accident qui avait eu lieu en janvier 2016, la société Figeac-Aéro et son gérant viennent d'être condamnés par la justice. Ils devront s'acquitter notamment d'indemnités pour préjudices subis aux deux victimes.

Par Christine Ravier

Le délibéré dans l'affaire qui opposait la direction de Figeac-Aéro a deux de ses salariés suite à un accident qui s'était produit en 2016, vient d'être rendu. La société et Jean-Claude Maillard, en qualité de gérant, sont reconnus coupables des infractions reprochées.

Le 12 janvier 2016, deux salariés ont été victimes d’un accident ayant entraîné d’importantes blessures physiques et psychologiques. L’un souffrait notamment de plusieurs fractures faciales et thoraciques, l'autre a subi diverses contusions et un important choc psychologique.


Accident prévisible


L'accident a été provoqué par l'éjection d'une pièce d’une machine-outil pendant une opération de bridage. Ce dysfonctionnement a provoqué l’arrachement d’une porte de protection qui a très brutalement percuté les salariés.

A l'audience, la présidente du tribunal s'était appuyée sur le rapport de l'inspection du travail pour dire que cet accident aurait pu être évité. Elle estimait également qu'aucune évaluation des risques n’avait été effectuée par Figeac-Aéro dans le bâtiment où était affectée cette équipe. Pour elle, le risque était connu puisque ce type d'accident avait déjà eu lieu dans l'entreprise.

Jean-Claude Maillard, PDG de l'entreprise avait expliqué qu'il assumait la responsabilité de l'accident. Mais il avait tenu à affirmer que la machine était conforme et que la société Figeac-Aéro présentait un taux d'accidentologie inférieur à celui des entreprises du secteur.

En réparation des préjudices subis


La société Figeac-Aéro est condamnée à 15.000 € d'amende délictuelle et 1.000 euros de contravention. Jean-Claude Maillard, en qualité de gérant, devra s'acquitter de 5.000 € d'amende délictuelle et 500 € de contravention.

L'entreprise et son gérant devront régler aux deux victimes des indemnités allant de 1500 à 27.500 € en réparation des préjudices subis. Les enfants de l'une des salariés bénéficient également d'indemnités du fait des répercussions de cet événement sur leurs conditions de vie. 


Sur le même sujet

Au commissariat de Toulouse, des élèves de CM2 découvrent le métier de policier

Près de chez vous

Les + Lus