29 hectares de végétation détruits en Lozère à cause d'écobuages mal maîtrisés

illustration / © Maxppp
illustration / © Maxppp

Attention aux écobuages mal maîtrisés. Le préfet de la Lozère lance un appel à la vigilance après de nombreux incidents le week-end dernier. Des feux qui ont mobilisé beaucoup de pompiers et même un canadair, toutefois 29 hectares ont brûlé.

Par Fabrice Dubault

Dimanche dernier, plusieurs feux se sont déclarés nécéssitant de nombreuses interventions du SDIS 48 et même l’intervention d’un canadair. Ainsi, en cumul, ce sont plus de 29 hectares qui ont été détruits par le feu à Bassurels, Saint-Germain de Calberte, Pelouse, Ribennes, Saint-Laurent de Trêves et Saint-Laurent de Muret.

Ces incendies de ce week-end sont dûs à un défaut de maîtrise de l’écobuage. Si cette pratique a pour but de protéger et d’aider à la bonne régénération des terres et des pâturages des éleveurs, elle n’est pas sans risque.

Les incendies accidentelles d’été ont provoqué la perte de 10 hectares en 2016 et 69 hectares en 2015. Ces chiffres, mis en comparaison avec les dégâts de ce week-end, 29 hectares, sont significatifs.

Plus d'infos sur les écobuages sur le site de la préfecture de la Lozère.

Rappel des conditions pour procéder à un écobuage ou à un feu en tas

  • être en possession du récépissé (si nécessaire) de la déclaration d’incinération visée en mairie (voir annexe 1 de l’arrêté précité)
  • déclarer son projet d’écobuage aux sapeurs-pompiers en téléphonant au 18 ou 112 avant le démarrage de l’opération et se conformer aux restrictions qu’ils pourraient émettre en fonction des risques
  • disposer d’un moyen d’alerte
  • ne pas procéder à un écobuage de nuit
  • assurer une surveillance constante et directe du feu par au minimum 2 adultes
  • ne pas quitter la zone avant extinction complète du ou des foyers

Le préfet rappelle enfin que les contrevenants aux dispositions de l’arrêté du 12 mars 2015 sont passibles de sanctions, prévues par le Code Forestier : contravention de 4ème classe soit 135€.
S’ils ont déclenché un incendie, il s’exposent à une contravention de 5ème classe, d’un montant maximum de 1.500 €.

Sur le même sujet

Nîmes : les policiers testent le travail un week-end sur 2

Près de chez vous

Les + Lus