LVG Bordeaux-Toulouse : la colère du maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc

illustration / © maxppp
illustration / © maxppp

Jean-Luc Moudenc dit sa stupéfaction dans un tweet suite aux discours des ministres ce samedi 1er juillet, à l'occasion de l'inauguration de la nouvelle LGV Bordeaux-Paris. 

Par Christine Ravier

Dans ce tweet, le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc affirme sa stupéfaction et sa détermination, en réaction aux discours des ministres hier. Nicolas Hulot et Elisabeth Borne se sont prononcés à demi-mot contre la prolongation de la ligne LGV de Bordeaux à Toulouse.


"Je pense aux millions de personnes qui prennent les RER, les TER, le métro. (...) Ça fait franchement partie des souffrances souvent psychologiques des Français, et c'est à celles-là qu'il faut répondre prioritairement", a affirmé Nicolas Hulot, ministre de l'Ecologie. Une LGV représente une dépense "colossale pour l'Etat, pour les collectivités, pour le groupe ferroviaire", avait, pour sa part, souligné Elisabeth Borne, ministre des Transports.

"Le fait qu'on puisse trouver, comme l'indique le rapport de la Cour des comptes, des promesses non financées, est évidemment regrettable. Et, ce vers quoi on doit aller, c'est de s'engager vers des promesses qu'on sait financer", avait-t-elle ajouté.

Les ministres n'ont pas non plus enterré la LGV Bordeaux-Toulouse et ont indiqué leur volonté d'étudier l'ensemble des projets. "A-t-on besoin d'aller toujours plus vite, plus loin ?", a interrogé Nicolas Hulot, estimant qu'"il y a un moment aussi où il faut se fixer des limites".

Sur le même sujet

Au commissariat de Toulouse, des élèves de CM2 découvrent le métier de policier

Près de chez vous

Les + Lus