La campagne de publicité décalée de l'université de Perpignan interpelle

Perpignan - une campagne d'affichage pour l'université qui fait grand bruit - 5 mai 2017. / © F3 LR
Perpignan - une campagne d'affichage pour l'université qui fait grand bruit - 5 mai 2017. / © F3 LR

Les nouvelles affiches publicitaires de l'université de Perpignan font grand bruit en Pays catalan. Il s'agit de grandes pubs noires qui semblent stigmatiser l'université de la préfecture des Pyrénées-Orientales. Mais il faut y déceler un humour décalé... avec le hashtag #UniversiteSansPrejuges.

Par Fabrice Dubault

Voici une campagne d'affichage qui ne passe pas inaperçue.
A découvrir, trois messages peu glorieux à l'égard de l'université de Perpignan. A l'image de celui-ci, "De la recherche à l'université de Perpignan ? M Y T H O", "Au pire, il y a l'université de Perpignan" ou encore "Université de Perpignan... Echec assuré".

Pas de quoi séduire les jeunes. Et pourtant !
Ca marche, car tout le monde en parle...

Perpignan - une campagne d'affichage pour l'université qui fait grand bruit - 5 mai 2017. / © F3 LR
Perpignan - une campagne d'affichage pour l'université qui fait grand bruit - 5 mai 2017. / © F3 LR

S'agit-il d'une campagne de dénigrement... Pas du tout ! On sent poindre une bonne dose de second voire de troisième degré et d'ironie, même si cela n'est pas toujours bien perçu ou compris par les passants.

Les étudiants sur le campus sont également perplexes et intrigués.

Une curiosité sur laquelle compte sans doute l'université. Elle ne communiquera que la semaine prochaine sur cette campagne qui déstabilise et fait parler décidément beaucoup.

Perpignan : la campagne de publicité décalée de l'université fait grand bruit
Les nouvelles affiches publicitaires de l'université de Perpignan font grand bruit en Pays catalan. Il s'agit de grandes pubs noires qui semblent stigmatiser l'université de la préfecture des Pyrénées-Orientales. Mais il faut y déceler un humour décalé... avec le hashtag #UniversiteSansPrejuges. - F3 LR - Reportage : A.Chéron et P.de Leyritz

 

Sur le même sujet

Au commissariat de Toulouse, des élèves de CM2 découvrent le métier de policier

Près de chez vous

Les + Lus