Mondiaux de natation : le Catalan Camille Lacourt va “boucler la boucle” à Budapest

Camille Lacourt remporte son ticket pour les championnats du monde de natation qui auront lieu en juillet à Budapest - mai 2017 / © PATRICK HERTZOG / AFP
Camille Lacourt remporte son ticket pour les championnats du monde de natation qui auront lieu en juillet à Budapest - mai 2017 / © PATRICK HERTZOG / AFP

C'était déjà dans la capitale hongroise que Camille Lacourt s'était révélé en 2010. C'est aussi à Budapest que le Catalan va mettre un point final à sa carrière à partir de ce samedi. Il va participer à son dernier 50 m dos aux championnats du monde de natation.

Par Z.S. avec AFP

De Budapest à Budapest. C'est dans la capitale hongroise, là où il s'est révélé en 2010, que Camille Lacourt va mettre un point final à sa carrière avec un ultime 50 m dos.

Les dernières courses de Lacourt


Samedi à 9h30 : 50m dos - Séries
Samedi à 17h30 : 50m dos - Demi-finales
Dimanche à 17h30 : 50m dos - Finale

"C'est là où tout a commencé"


"C'est là où tout a commencé, la boucle sera bouclée", résume Camille Lacourt (32 ans). En août 2010, ses trois couronnes européennes (50 m dos, 100 m dos et 4x100 m 4 nages) conquises dans le bassin hongrois l'avaient projeté en pleine lumière, autant que sa crinière blonde et ses yeux bleu piscine.

Le Catalan Camille Lacourt fait son entrée au musée Grévin - France 3 Occitanie

Camille Lacourt, natif de Narbonne, a fait son entrée au musée Grévin. Le pensionnaire du Cercle des nageurs de Marseille s'est dit "énormément flatté" au moment d'inaugurer sa statue de cire. La copie du Catalan, arrivé à 2 ans à La Cabanasse, dans les Pyrénées-Orientales, a été réalisée par le sculpteur Éric Saint Chaffray.


Quadruple champion du monde


Sept ans plus tard, celui qui est devenu depuis quadruple champion du monde (50 m dos en 2013 et 2015, 100 m dos en 2011, 4x100 m 4 nages en 2013) s'apprête à y relever son dernier défi. Aux côtés, comme en 2011 quand ils avaient partagé l'or du 100 m dos, de Jérémy Stravius.

"Il commence sa reconversion"


C'est peu dire que sa dernière saison aura été atypique, entre ouverture d'un bar à cocktails à Paris, en plein coeur de Saint-Germain-des-Prés, séminaires en entreprise et même apparitions dans l'émission estivale Fort Boyard. "Il commence sa reconversion, il ouvre un restaurant et, en même temps, il joue le truc. C'est hors du cadre, totalement. C'est une année bonus", résume son entraîneur Julien Jacquier, qui n'a pas souvent eu le nageur sous la main à Marseille cette année.

J.O 2016 : Camille Lacourt se lâche sur le dopage "Sun Yang, il pisse violet !" - France 3 Occitanie

"Ça me donne envie de vomir" : le Catalan Camille Lacourt, cinquième de la finale olympique du 100 m dos, n'a pas du tout apprécié de voir gagner sur 200 m libre le Chinois Sun Yang, contrôlé positif en 2014, lundi à Rio.


Désillusion à Rio


Car après sa nouvelle désillusion olympique l'été dernier à Rio - il a terminé cinquième du 100 m dos, quatre ans après avoir échoué au pied du podium à Londres - Lacourt avait commencé par s'octroyer une longue pause et n'avait replongé, pianissimo, que début février. Fin mai aux championnats de France, à Strasbourg, il comparait même sa pratique de la natation à "du hobby".

"Je vis un peu sur mes acquis"


Depuis, Lacourt a bien fait quelques allers-retours à Marseille et assure avoir un peu forcé le rythme, alternant entre séances dans l'eau, un peu, en salle, surtout, et sports "plus ludiques". "Depuis Strasbourg, je m'entraîne tous les jours, il n'y a pas eu beaucoup de jours off", affirme-t-il. "Mais je suis à des kilomètres-lumière de ce que je faisais les années précédentes, reconnaît-il. Je vis un peu sur mes acquis."

Euro de natation : le Catalan Camille Lacourt remporte le 100 m dos à Londres - France 3 Occitanie

Camille Lacourt, vice-champion du monde sur la distance et champion du monde sur 50 m dos, avait décroché ses trois titres européens en grand bassin à Budapest en 2010 (50 m dos, 100 m dos et 4x100 m 4 nages).


"Pourquoi pas" une médaille


Difficile de savoir à quoi s'attendre dans ces conditions. "Je ne fais pas le 100 m, mais le 50 m. Sur 100 m, je serais très, très loin. Le 50 m, ce n'est que du sprint, ça peut suffire. Et je crois que je sais un peu le faire...", estime Lacourt, désigné capitaine des Bleus pour sa dernière sélection. "Il a ce rapport parfait entre les qualités aquatiques, la mécanique de nage et les années de confiance, explique Jacquier. Il connaît à la note près quoi faire sur le 50 m, ça ne fait pas appel aux qualités d'endurance et il est ultra explosif de base. Alors pourquoi pas ?"

"Je peux finir premier comme cinquième"


Le hic, c'est que la densité autour des 24 sec 6 est particulièrement élevée, à la lecture des bilans mondiaux. Avec un meilleur temps de 24 sec 60 en 2017, Lacourt pointe au cinquième rang, à deux dixièmes de l'Américain Justin Ress (24.41). "Je peux finir premier comme cinquième, sixième, septième... Je pense qu'à moins de 24 sec 5, il y a une médaille voire le titre, je vais essayer d'aller le chercher, lance-t-il. Cette épreuve, je la connais par coeur, je l'adore et je déteste perdre, je ne vais pas me laisser faire."

A lire aussi

Sur le même sujet

Dans le Lot, les vendanges s'annoncent faibles après le gel du vignoble

Près de chez vous

Les + Lus