Référendum en Catalogne : le préfet dénonce l'attitude des policiers régionaux catalans

Barcelone (Espagne) - la police catalane et les indépendantistes - 2017. / © JOSEP LAGO / AFP
Barcelone (Espagne) - la police catalane et les indépendantistes - 2017. / © JOSEP LAGO / AFP

Le représentant de l'Etat et de Madrid en Catalogne a dénoncé l'attitude de la police régionale catalane qui n'est pas intervenue pour faire fermer les bureaux de vote qui devaient servir à l'organisation d'un référendum illégal.

Par Fabrice Dubault


"Les policiers catalans avaient reçu l'ordre d'empêcher la tenue du référendum illégal et devaient éviter que les centres ouvrent, mais malheureusement cela n'a pas été le cas", a affirmé le préfet Enric Millo, en dénonçant aussi "l'immense irresponsabilité" des dirigeants catalans.


"La ligne politique a pris le dessus sur la ligne professionnelle mettant en danger de manière irresponsable le prestige d'un corps de police", a-t-il déclaré, en expliquant l'intervention de la police et de la garde civile, envoyées en renfort en Catalogne.


"La police et la garde civile devaient agir", a-t-il expliqué en précisant qu'elle ne visent pas "les personnes (mais) le matériel électoral".

En saisissant les urnes, les policiers veulent empêcher le vote, alors que le gouvernement de Mariano Rajoy avait promis qu'il n'y aurait pas de référendum d'autodétermination en Catalogne.

Le préfet s'exprimait alors que les forces de l'ordre avaient déjà commencé à intervenir dans plusieurs bureaux de vote.

Le préfet a en outre souligné que les séparatistes avaient changé les règles du jeu à la dernière minute, acceptant un vote sans enveloppes, ne garantissant pas la confidentialité et ouvrant la porte au bourrage d'urnes.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Portrait de Stéphane Sapinart, le nouvel entraîneur des Spacer's de Toulouse

Près de chez vous

Les + Lus