Saint-Béat : les anti-ours veulent bloquer la frontière franco-espagnole

 Les premiers pas de Goiat, l'ours lâché hier soir par les Catalans. / © Piroslife
Les premiers pas de Goiat, l'ours lâché hier soir par les Catalans. / © Piroslife

Les dernières attaques de l'ours Goiat passent mal auprès des éleveurs de la Barousse. Ce dimanche, ils organisent une manifestation à Saint-Béat pour faire entendre leur exaspération. Barrage filtrant, distribution de tracts. L'ours provoque toujours la colère.

Par Emmanuelle Gayet

L'ours Goiat, lâché dans les pyrénées catalanes espagnoles ne connaît pas les frontères. A plusieurs reprises, il a fait des incursions en sol français et fait des dégâts dans les cheptels ovins et bovins de la Barousse. Il est notamment accusé d'avoir dévoré une vache sur une estive d'Areing dans les Hautes-Pyrénées
Lors d'une réunion à Sarp, le 27 septembre, les éleveurs ont apporté leur soutien aux victimes du plantigrade. Et ont décidé d'organiser ce dimanche 16 octobre à Saint-Béat (Haute-Garonne) un barrage filtrant de 10h à 16h avec distribution de tracts auprès des automobilistes sur le risque provoqué par la présence des ours dans les Pyrénées.

Avec un seul mot d'ordre :

Pour la défense de nos territoires et pour continuer à vivre, à travailler et à profiter de notre environnemnt en toute liberté. Ours stop.


Les Espagnols pointés du doigt

En juin dernier, dans le cadre du programme Piroslife, les Espagnols ont relâché dans le parc naturel d'Alt Pireneu, Goiat, un ours slovène âgé de 10 ans. Pendant sa période exploratoire, il a traversé la frontière à plusieurs reprises entre Catalogne, Val d'Aran et Haute-Garonne.
Quelques jours après son lâcher, celui-ci passait dans le jardin d'un habitant de Cazaux-Layrisse en Haute-Garonne sans toutefois faire de prédation. Puis, a été aperçu à nouveau en val d'Aran espagnol.

L'ours n'a pas de frontière

Pour l'ours, il n'y a pas de frontière. Mais cela ne satisfait pas les éleveurs français qui "subissent" les prédations de Goiat. Ils ne comprennent pas non plus pourquoi sa présence qui est grâce à sa balise, géocalisable à tout moment ne fait pas l'objet d'un signalement de la part des agents de l'ONCFS auprès des éleveurs. Ils pourraient ainsi prendre des précautions pour la surveillance de leurs bêtes.

Pour faire savoir au plus grand nombre quelles sont leurs difficultés sur le terrain, les anti-ours seront présents à Saint-Béat, au niveau du Pont Vieux, dimanche 16 octobre prochain, entre 10h et 16h. Les automobilistes de passage entre France et Espagne dans le Val d'Aran, devront faire preuve de patience.

Sur le même sujet

Rodez : imbroglio autour du palais épiscopal

Près de chez vous

Les + Lus