Montauban : l'homme qui a blessé une passante au couteau interné d'office, l'acte terroriste écarté

Les lieux de l'agression à Montauban dimanche / © MaxPPP
Les lieux de l'agression à Montauban dimanche / © MaxPPP

Le déséquilibré qui a blessé une jeune femme d'un coup de couteau dans le dos va être placé d'office en hôpital psychiatrique ce mardi. Le parquet affirme avoir étudié toutes les pistes et écarte l'action terroriste. 

Par France 3

Toujours hospitalisé, blessé notamment aux jambes et au foie, l'homme qui a blessé une passante à coups de couteau à Montauban dimanche après une course-poursuite qui s'est terminée par des coups de feu tiré par la police municipale, sera interné d'office en hôpital psychiatrique dès que les médecins de l'hôpital de Montauban auront donné leur feu vert, a indiqué mardi à France 3 le parquet de Montauban. 

Le comportement d'un déséquilibré

En milieu d'après-midi dimanche, le suspect circulait à bord d'une voiture à très grande vitesse dans le centre-ville, avant d'être pris en chasse par la police municipale.
Armé d'un couteau, il est descendu de son véhicule, près de la préfecture, et a frappé une fois dans le dos une passante à hauteur de l'omoplate.
L'agresseur s'est ensuite dirigé vers un couple âgé d'une soixantaine d'années. L'homme a légèrement été blessé en tombant. 
Un policier municipal a alors tiré à quatre reprises sur l'agresseur, le touchant de deux balles, à l'abdomen et à la jambe
L'enquête, confiée au SRPJ de Toulouse, a très vite découvert que l'homme de 35 ans avait un très lourd passé psychiatrique, avec plusieurs internements dans des établissements spécialisés. 

Un élu FN demande la saisine du parquet antiterroriste

Dimanche après-midi, la maire LR de Montauban Brigitte Barèges a révélé que l'homme avait crié "Allaluh Akbar" et "on va tous vous tuer" lors de l'agression de la patiente. Des propos confirmés par la suite par le parquet de Montauban. Pour autant, le parquet antiterroriste de Paris ne s'est pas saisi du dossier, les enquêteurs estimant que ces agressions relevaient de l'état psychiatrique du suspect et pas du terrorisme.
Quant à la victime, elle va bien, la plaie au dos étant peu profonde, mais était encore hospitalisée à Montauban ce mardi.
Dans un communiqué, l'élu FN de Montauban Thierry Viallon, demande la saisine du parquet antiterroriste car selon le FN 82 "il s'agit sans aucun doute d'un acte terroriste lié à l'islam radical", ce que le parquet de Montauban dément formellement. 

"Un individu dangereux mais sur le plan psychiatrique pas terroriste"

Interrogé par France 3, le parquet de Montauban tient à rappeler que toutes les pistes ont été rapidement examinées dans cette affaire, y compris la piste terroriste : "Nous avons dès dimanche après-midi informé le parquet de Paris, explique le parquet, comme c'est la procédure dès que nous avons le moindre soupçon d'action terroriste et dans le cadre de l'enquête de flagrance nous avons continué d'informer le parquet antiterroriste. Cependant, il est vite apparu que l'individu mis en cause était complétement perturbé sur le plan psychiatrique. En outre, les premières investigations, notamment l'exploitation de la perquisition à son domicile et l'examen de son téléphone portable, ont été négatives sur ce plan. L'homme est dangereux mais sur le plan psychiatrique pas terroriste". 

Une information judiciaire pour tentative d'assassinat

Le parquet de Montauban indique qu'une information judiciaire sera ouverte dans les jours qui viennent notamment du chef de tentative d'assassinat. Elle prendra le relai de l'enquête de flagrance ouverte dès dimanche et permettra notamment de réaliser de nouvelles expertises psychiatriques. A terme, il sera alors décidé si l'agresseur est pénalement irresponsable ou s'il avait encore son discernement au moment des faits. 

Sur le même sujet

La pièce de théâtre Djihad joué devant les jeunes Montpelliérains du lycée Jules Guesde

Actualités locales

Les + Lus