Le PRG soutient Hamon à la présidentielle et valide un accord avec le PS pour les législatives

Pinel et Hamon lors du débat des primaires / © Maxppp
Pinel et Hamon lors du débat des primaires / © Maxppp

Le Parti radical de gauche (PRG) a décidé mercredi en comité directeur de soutenir Benoît Hamon à la présidentielle et a également validé un accord avec le Parti socialiste en vue des législatives.

Par MP + AFP

Réuni mercredi après avoir pris quinze jours de réflexion supplémentaires pour examiner notamment l'opportunité de s'entendre avec Emmanuel Macron (En Marche!), le PRG a assuré dans un communiqué que sa présidente, Sylvia Pinel, "respectera l'engagement contracté au moment de sa candidature" à la primaire socialiste élargie, remportée par M. Hamon.

Convergence sur l'Europe
Dans une lettre, dont l'AFP a obtenu copie, le candidat Hamon répond à ses exigences, entre autres sur une nouvelle gouvernance économique de la zone euro, la volonté d'avancer rapidement sur une harmonisation européenne de l'impôt sur les sociétés, une aide spécifique pour encourager les TPE à remplir leurs objectifs sociaux et environnementaux. Une réflexion sur la co-gestion dans les entreprises, la poursuite de la recherche sur le nucléaire civil et militaire ou le remplacement de l'Observatoire de la laïcité par une délégation interministérielle sont aussi citées.

Hamon décrit le PRG comme un parti de la gauche
Décrivant le PRG comme "un acteur incontournable de la gauche, une formation politique qui impose le respect", M. Hamon y assure qu'il n'a jamais "confondu (sa) gauche et (sa) droite". "Inlassablement vous vous êtes inscrits dans le rassemblement de la gauche, de toute la gauche", poursuit-il en introduction de cette missive de plus de cinq pages. 
De source proche, Mme Pinel considère avoir obtenu des "inflexions" de la part de Benoît Hamon, et est favorable à une validation de cet accord, "donc au respect de la parole donnée" lors de la primaire de soutenir celui qui l'emporte.

Des discussions avec Macron n'ont pas abouti
Une autre source a précisé à l'AFP que Mme Pinel avait également pris contact ces dernières semaines avec Emmanuel Macron, et que des
discussions avaient eu lieu, qui n'ont pas abouti. "C'était le sens du report du choix pour la présidentielle" du PRG il y a quinze jours, a-t-on expliqué.

Une source interne au parti a indiqué de son côté que quel que soit le vote final du comité directeur mercredi, le PRG ne s'impliquerait probablement pas dans la campagne.

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Le Défenseur des droits se fait connaître à Toulouse

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés