Des étudiants en psychologie à Albi recalés à l'entrée en Master à l'université de Toulouse

© MaxPPP
© MaxPPP

Une trentaine d'étudiants en psychologie à l'université Champollion d'Albi (Tarn), qui viennent d'obtenir leur licence, se voient refuser l'entrée en Master à l'université Jean-Jaurès de Toulouse. Une pétition a recueilli près 400 signatures. 

Par Marie Martin

C'est un coup très dur porté à une trentaine d'étudiants de l'université Champollion d'Albi...

Ils viennent d'obtenir leur licence, avec mention pour certains, et étaient assurés d'entrer en Master 1, à l'université Jean-Jaurès de Toulouse. La faculté Champollion est reliée à cette dernière, les enseignants viennent de Toulouse, et durant toute l'année universitaire, ces élèves avaient été confortés dans l'idée d'une "continuité" entre les deux établissements.

Las, ils ont reçu jeudi 13 juillet un courrier de l'université Jean-Jaurès les informant de l'impossibilité pour eux d'être inscrits en Master 1. "En effet, en raison d’une augmentation considérable du nombre de demandes portant sur cette mention, nous ne disposons pas des capacités pédagogiques suffisantes", précise ce courrier.

En effet, devant l'afflux de candidatures, certaines facultés ont choisi soit de mettre en place une sélection, soit de fermer les portes aux candidatures extérieures à l'académie.
C'est semble-t-il le cas à Toulouse.

Mais les étudiants albigeois s'insurgent contre cette décision. Ils ne se considèrent pas - à juste titre - comme des candidats "extérieurs". Ceci semblait également une évidence pour le corps enseignant qui ne leur a pas conseillé de postuler ailleurs. 

Le courrier de l'université Jean-Jaurès indique la possiblité d'un recours mais très encadré. Il conclut par ces mots : "La présente décision n’est en rien liée à la qualité de votre dossier et vous pourrez procéder à une nouvelle candidature l’année prochaine". 

Révoltés et - très - inquiets, les étudiants concernés ont lancé une pétition dès vendredi 14 juillet, pétition qui a déjà recueilli près de 400 signatures. 

Interrogée, l'université Jean-Jaurès de Toulouse nous a fait parvenir la réponse suivante : « L’université travaille à la recherche de solutions, pour ne pas laisser ces étudiants sans poursuite de parcours, dans la mesure où leur université - Champollion - fait partie de l’université fédérale de Toulouse. »

Sur le même sujet

Vernet-les-Bains : le Casino rouvre ses portes

Près de chez vous

Les + Lus