Harcèlement moral : 6 mois de prison avec sursis pour l'ancien gérant d'un fast-food d'Albi

© AFP
© AFP

L'ancien gérant d'un fast food est condamné pour harcèlement moral par le tribunal correctionnel d'Albi à 6 mois de prison avec sursis et 5000 euros d'amende. Il est aussi dans l'obligation de verser entre 1500 et 4000 euros de dommages et intérêts à 8 de ses anciennes employées. 

Par Sylvain Duchampt

C'est devant une salle vide et en l'absence des 8 plaignantes que le Tribunal correctionnel d'Albi a condamné Christophe Dhaynaut, 49 ans, pour harcèlement moral à 6 mois de prison avec sursis et 5000 euros d'amende. L'ancien gérant d'un fast food albigeois est aussi dans l'obligation de verser entre 1500 et  4000 euros de dommages et intérêts à 8 de ses anciennes employés. 

Durant toute l'audience, le restaurateur a nié les faits. "Ce qui pouvait être des conditions de travail difficiles ont été interprétées comme du harcèlement, explique l'avocate du prévenu Maître Emmanuelle Pamponneau. Peut-être a-t-il tendance à parler avec une voix forte, puissante et tout de suite cela a été analysé comme du harcèlement moral, ce qui n'était absolument pas son intention."

Pourtant durant plus d'une heure la présidente du tribunal égréné la dizaine de témoignages du dossier d'anciens salariés entre 2005 et 2009. Des récits décrivant toujours la même situation : les insultes, les brimades, les humiliations, les propos à caractère sexuel. Petit à petit se dessine le portrait d'un homme autoritaire, pervers, obsédé.

Christophe Dhaynaut n'en démord pas et s'en tient à sa ligne de défense "C'est une machination. Il n'y a que des contradictions dans ce dossier monté de toutes pièces pour me faire sortir du réseau ! Je n'ai jamais insulté qui que ce soit, ce n'est pas dans mon éducation. Les employés ont été manipulés." Une version qui n'a pas convaincu la justice. 

Sur le même sujet

Tarn : retour à la semaine des quatre jours dans les écoles de Castres

Près de chez vous

Les + Lus