Le pastel de retour au pays de Cocagne

Depuis 4 ans le pastel est de nouveau récolté dans le Tarn. D'abord expérimental, le champ planté à Cambounet-sur-le-Sor livre cette année une production de qualité. Le projet mené par un entrepreneur tarnais est de proposer du bleu pastel en assurant la traçabilité du produit entièrement naturel.

La teinture s'effectue à l'ancienne avec des recettes du XVIIIème siècle.
La teinture s'effectue à l'ancienne avec des recettes du XVIIIème siècle. © Miryam Brisse
Un champ couvert de belles feuilles vertes avec ça et là de petites fleurs jaunes, l’isatis tinctoria, le pastel des teinturiers, est arrivé à maturité. La plante a plusieurs pousses dans la saison, 5 récoltes se feront dans le même champ entre les mois de juin et d’août.
Gilles Berthoumieux a décidé de relancer la production du pastel dans le Tarn voilà 4 ans sur le domaine familial au château de la Serre. Il a réintroduit des plants anciens redevenus sauvages sur 3 hectares. Leur rendement est encore faible, il faut une tonne de matière pour obtenir 1 kg de pigment. Au fil des ans il compte sélectionner les meilleurs plants pour augmenter sa production.

L'art de l'extraction

C’est dans les feuilles qu’est contenu le pigment indigo. A peine coupées et ramassées elles vont être placées dans de grandes cuves. Elles vont d’abord macérer dans de l’eau chaude avant de subir divers traitements visant à extraire le pigment. Un travail délicat qui repose entre les mains du maître pastelier, David Santandreu. C’est également lui qui est chargé de réaliser la teinture. Pour parfaire sa méthode il est allé chercher dans les archives les recettes du XVIIIème siècle et les réglementations de la teinture grand teint mises en place par Colbert en 1669.

© France 3
A peine coupé le pastel des teinturiers devient bleu au contact de l'air
A peine coupé le pastel des teinturiers devient bleu au contact de l'air © Miryam Brisse
Dans de grandes cuves les pigments sont mélangés avec divers ingrédients naturels dont des fruits pour provoquer une fermentation
Dans de grandes cuves les pigments sont mélangés avec divers ingrédients naturels dont des fruits pour provoquer une fermentation © Miryam Brisse
C'est au contact de l'oxygène que la magie opère et que le tissu devient bleu pastel
C'est au contact de l'oxygène que la magie opère et que le tissu devient bleu pastel © Miryam Brisse
Le maître pastelier, David Santandreu avec l'entrepreneur qui relance le pastel dans le Tarn, Gilles Berthoumieux
Le maître pastelier, David Santandreu avec l'entrepreneur qui relance le pastel dans le Tarn, Gilles Berthoumieux © Miryam Brisse


Des bactéries pour teindre

Pour teindre les étoffes la technique utilisée est 100 % naturelle. Elle est basée sur la fermentation. Les pigments insolubles au départ vont pouvoir se fixer sur le tissu grâce à des bactéries. Après le bain, le tissu mis au contact de l’oxygène de l’air prend aussitôt une teinte bleue. La couleur est fixée pour très longtemps. C’est ce procédé entièrement naturel et maîtrisé d’un bout à l’autre de la chaîne que Gilles Berthoumieux veut valoriser. Son domaine à Cambounet-sur-le-Sor est ouvert au public l’été. L’objectif est de créer à terme un atelier de teinture pour les professionnels.

Le reportage de Miryam Brisse et Nicolas Bonduelle
durée de la vidéo: 01 min 52
Le pastel de retour au pays de Cocagne

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture nature sorties et loisirs
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter