Paris : des légumes vendus par les agriculteurs pour dénoncer les marges de la grande distribution

Mercredi 22 août, des producteurs du Lot-et-Garonne vendront directement aux particuliers 40 tonnes de fruits et légumes,  place de la Bastille à Paris et dans 27 villes de banlieue. 

Par AFP

La Confédération syndicale agricole des exploitants familiaux (Modef) organise mercredi 22 août  à Paris et dans 27 villes de banlieue la vente "au juste prix" de 40 tonnes de fruits et légumes du Lot-et-Garonne pour dénoncer "les marges abusives" des grandes surfaces.
 
"Les circuits longs développés par la grande distribution depuis un demi-siècle dégradent les fruits et légumes, éloignent le consommateur de l'agriculteur, et les grandes et moyennes surfaces (GMS) prennent des marges abusives inacceptables", indique un communiqué du Modef reçu à l'AFP.

Deux semi-remorques chargés de 40 tonnes de fruits et légumes (tomates, melons, prunes, poires, pommes de terre, salades, nectarines, etc.) cultivés en Lot-et-Garonne, premier département de France de production de nombreux fruits et légumes, seront proposés "au juste prix" place de la Bastille à Paris et dans 27 autres villes de la Seine-Saint-Denis, les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne.
 
"Le kilo de tomate est par exemple vendu de 75 à 80 centimes aux centrales d'achats et se retrouve à 2,5 EUR/kg au minimum en grande surface. Nous pensons que le juste prix intéressant pour le consommateur et rémunérateur pour l'agriculteur est de 1,5 EUR/kg", prix pratiqué mercredi, a indiqué à l'AFP le secrétaire général du Modef, Raymond Girardi. 
 
Selon lui "les grandes surfaces effectuent une marge de 1 à 2 euro sur les tomates" alors qu'il estime à 1,7 EUR/kg le prix "normal" que ces dernières devraient pratiquer. "Nous voulons aussi interpeller l'Etat sur son rôle à jouer pour protéger le pouvoir d'achat des agriculteurs et des consommateurs", a ajouté M. Girardi estimant ce "rendez-vous très prisé par les Parisiens". 
 
Cet événement initié il y a 15 ans par le Modef est organisé avec le concours d'élus du bassin parisien et se veut "solidaire et humain pour faire profiter de produits frais au juste prix".
 

Sur le même sujet

Incendie sur le camp rom de la Chapelle

Actualités locales

Les + Lus