«Jouer dans le métro, c'est une manière de venir au contact des gens, de rencontrer mon public»

Série : les musiciens du métro. Cette semaine, nous avons rencontré Laura Llorens, une jeune américaine qui vit en France depuis 12 ans. Elle vient d’enregistrer un nouvel album, intitulé "On the Way" qui sera disponible très prochainement...

  • Par Emmanuèle Bailly
  • Publié le , mis à jour le
>> La carte d'identité de la chanteuse :


Station de métro :  Bastille
L'artiste sur la toile : Retrouvez l'artiste sur Facebook et sur Myspace

>> Le portrait de la chanteuse en vidéo
>> Le Live Laura Llorens était accompagné par Gustavo, percussionniste, qui ce jour là,  jouait du cajon. Ils interprètent une de leurs compositions 'Nothing"
>> Les 3 questions...
Vous vous souvenez de la première fois que vous êtes descendue jouer dans le métro ?
C’était bien avant que je sois accréditée par la Ratp*… je suis venue jouer clandestinement, j’avais envie de savoir comment c’était de jouer dans un lieu archi-fréquenté. Je devais avoir 19 ans, la première fois et j’ai joué à Montparnasse, dans un petit coin où je ne gênais pas trop de monde, je n’osais pas encore faire mon show ! Quelques années après je suis retournée dans le métro et cette fois ci avec ma carte d’accréditation en bonne et due forme.

*Depuis 1997, la RATP accrédite des artistes professionnels ou amateurs pour qu’ils puissent se produire dans les couloirs du métro.

Dans le métro, vous avez fait des rencontres importantes pour votre carrière ?
Grâce au métro, j’ai fait ma première radio. C’est une personne qui travaillait pour une radio étudiante (Radio campus Paris) qui m’a repérée dans les couloirs du métro, elle a fait mon portrait et elle a diffusé mes chansons sur son antenne.  J’ai aussi participé à une émission de télévision, « The Voice » sur TF1. Mais les rencontres les plus fortes, c’est avec le « public d’anonymes » que je les ai vécues. Je pense à une personne aveugle que j’ai rencontrée dans le métro et qui m’a été d’un grand soutien. C’est quelqu’un qui m’a beaucoup encouragée, je la remercie profondément.

Entre autre projet, vous venez de sortir un nouvel album, vous pouvez nous en dire plus ? 
Mon album s’appelle « On the Way » il est prévu pour Noël 2012. C’est un album complet de 14 titres. Il a été enregistré dans une maison de campagne dans la Beauce, transformée pour l’occasion en studio. Le financement a été mis en place avec un site français de soutien aux créatifs. Ce site s’appelle KissKissBankBank.com.  Il permet de lever des fonds grâce à des milliers de contributeurs. Les internautes soutiennent votre projet. Par exemple, ils versent dix euros et en contrepartie ils reçoivent le téléchargement de votre  album.

>> Retrouvez les portraits des musiciens du métro
  • Toulouse : crowdfunding de la discorde autour des clarinettes de l'Orchestre du Capitole

    L'opération de financement participatif lancée pour acheter des clarinettes rares par Aïda, l'association des mécènes de l'Orchestre du Capitole, passe mal auprès des 125 musiciens et de leur chef, qui, financés par des fonds publics, ne veulent pas "passer pour des mendiants".

    Mis à jour le 26/09/2016
  • La Poudrière de Belfort a 20 ans !

    C'était une poudrière. C'est depuis 20 ans une pépinière. De talents. La petite salle de concert de 235 places s'est forgé une solide réputation dans le nord-est de la France. De Christine and the Queen à Charlie Winston en passant par Joey Starr ou encore Jain, quelques 2000 artistes émergents ou locaux auront pu se produire à Belfort dans cet ancien bâtiment militaire depuis son inauguration le 13 décembre 1996. Nous vous proposons de fêter ensemble, les 20 ans de la Poudrière de Belfort.

    Mis à jour le 26/09/2016
  • Strasbourg : la 19è Ososphère électrise la Laiterie

    L'Ososphère -  les Nuits électroniques de Strasbourg - est ouverte depuis jeudi soir et jusqu'au 30 septembre. Vendredi soir, la scène électro française a fait danser la Laiterie jusqu'au bout de la nuit, avec notamment Darius et Mome.

    Mis à jour le 24/09/2016

L'actu de votre région en vidéo

24 heures sur la Seine : interview de Sandrine Berjot, commandant de la brigade fluviale

A quoi ressemble une journée banale sur la Seine ? A la brigade fluviale, on vit avec le fleuve depuis plus d’un siècle. Son fief est d’ailleurs installé sur l’eau, quai Saint Bernard, au pied du jardin des Plantes, juste en face de l’entrée du port de l’Arsenal. La centaine d’hommes et de femmes qui travaille ici doit avoir le pied marin : il faut le savoir, les locaux tanguent plus ou moins en fonction du temps.

les + lus
les + partagés