Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

Municipales: le calme à droite peut-il durer longtemps dans le 12 ème arrondissement de Paris ?

Valérie Montandon, tête de liste UMP dans le 12 ème, inaugure mardi 10 décembre sa permanence électorale. C'est un des trois arrondissements stratégiques pour la reconquête de Paris. Pour l'instant, tout y est calme. Mais cela peut changer, suite à l'accord signé entre l'UMP et les centristes.

Par Daic Audouit

Il existe donc un ilot de tranquillité dans la droite parisienne.

Le XII ème arrondissement qui ne vit pas au rythme des soubresauts de menaces de dissidence. Une bonne nouvelle pour Nathalie Kosciuscko-Morizet, car le XII ème est un des trois arrondissements, avec le 9 ème et 14 ème, que l'UMP doit reprendre pour conquérir l'Hôtel de Ville. "On ne parle pas du 12 ème, parce que cela se passe bien, que tout le monde est rassemblé et qu'on travaille", explique Valérie Montandon, tête de liste UMP qui inaugure sa permanence électorale, ce soir.

Bourrasque centriste

Bref, le calme plat. Peut-être pas pour longtemps. Les avis météo annoncent un petit avis de tempête en formation. Du côté des centristes tout d'abord. L'accord conclu la semaine passée entre l'Alternative et l'UMP prévoirait la place de n° 2 pour un candidat soutenu par le MoDem : François Haab, chef du service urologie de l'Hôpital Tenon. Un nouveau venu en politique.

"Moi, ca me va. C'est un profil de société civile qui me convient", juge Valérie Montandon qui met en avant également son métier de chef d'entreprise. "Moi aussi, je suis de la société civile", rétorque Benoit Pernin, directeur des relations presse d'Orange et membre de l'UDI. Il fait valoir son travail sur le terrain depuis plusieurs mois et son implantation locale. "Les gens m'appellent Benoit ici. Franchement, je ne sais pas ce qu'il y a dans l'accord. Je continue à bosser dans le 12 ème", explique-t-il.

Une implantation qui est aussi familiale. "Hier, le conseil d'arrondissement a voté pour donner le nom de Paul Pernin, mon grand père (député et élu de l'arrdt ndlr) à un jardin du 12 ème", rappelle-t-il. Son père lui a été maire de l'arrondissement de 1995 à 2001 . "Plus personne ne connait les Pernin. La population du 12 ème s'est énormément renouvelé depuis 10 ans", répond-on dans les états-majors. "Faux, lors des tractages, une personne sur deux nous parle de son grand-père", répond une militane UDI.

Il n'aurait pas été défendu par les responsables de l'UDI lors des négociations laissant Marielle de Sarnez imposer son candidat dans le 12 ème, pour mieux défendre d'autres poulains dans d'autres arrondissements. Dans le journal 20 mn, Benoit Pernin se déclare "en capacité de présenter une liste". Une forme d'avertissement sans frais.

La turbulence Margain

En cas de défaite pour la droite, seules les deux premières places sont éligibles au Conseil de Paris. Le choix de François Haab, mécontente aussi Franck Margain. Le conseiller régional PCD a obtenu 10% des voix à la primaire UMP qui a désigné Nathalie Kosciusko-Morizet comme candidate pour la mairie de Paris. Dès le lendemain, il réclamait la tête de liste dans l'arrondissement. Il était alors en concurrence avec Charles Beigbeder, en partance vers le 8 ème.

Selon nos informations, il serait en train de négocier une place éligible sur la liste et autant que son score à la primaire, il mettrait en avant son résultat  aux législatives de 2012, où il avait devancé le candidat centriste.  Mais à l'UMP, alors qu'on avait facilité sa candidature à la primaire pour incarner l'ouverture, on se méfie désormais de son profil droitier, hostile au mariage pour tous. Une position qui ferait doublon avec Valérie Montandon, également très présente dans les manifestations du printemps dernier. Franck Margain, banquier de son état, revendique aussi incarner la société civile. Il sera ce soir à l'inauguration de la permanence de Valérie Montandon. Pas question de dissidence..... pour l'instant.

Un arrondissement stratégique

Valérie Montandon est l'une des porte-parole de campagne de NKM. Mais elle a peu de poids politique. Elle soutenait Jean-François Legaret lors de primaire. Mais, dans un arrondissement traumatisé par les parachutages de Klarsfeld, Lagarde ou Cavada, son meilleur atout reste son ancrage local même s'il est encore récent. Conseillère d'arrondissement depuis 2008, elle est conseillère de Paris depuis 2011 et la démission de Christine Lagarde. "Je suis chef d'entreprise (dans le textile ndlr). J'ai l'habitude de gérer des équipes. Moi, je joue gagnant. En ce cas, les huit premières places sont éligibles. Ca va les motiver. Il y a de la place pour tout le monde", explique-t-elle.

Une victoire à laquelle, elle semble seule à croire. Le XII ème, encore une fois stratégique dans la reconquête de l'Hôtel de Ville, ne semble guère occuper les esprits de l'équipe de campagne de NKM. "Ce n'est pas vrai. Quand Nathalie a du suspendre sa campagne, elle devait passer deux jours dans le 12 ème pour décliner ses thématiques pour la première fois dans un arrondissement"; rétorque Valérie Montandon qui promet un nouveau déplacement de sa candidate au début du mois de janvier.

Sur le même sujet

SUIVEZ L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2017 SUR FRANCE INFO

Solère, Riester... des élus LR et UDI appellent leur parti à "répondre à la main tendue" par Macron

Près de chez vous

Les + Lus