publicité

"Tout sans intermédiaire", un circuit court à portée de clic au Salon de l'agriculture

Mettre en relation producteurs régionaux et consommateurs, c'est le but de "Tout sans intermédiaire", une plate forme numérique créée en 2012 par Gérard Solal. Un processus simple, très répandu aux Etats-Unis mais unique en France qui répond au besoin de transparence sur l'origine des produits.

  • Chrystel Chabert
  • Publié le , mis à jour le
Les Nisettes, une société qui utilise la vente directe via "Tout sans intermédiaire" © Chrystel Chabert

© Chrystel Chabert Les Nisettes, une société qui utilise la vente directe via "Tout sans intermédiaire"

Depuis plusieurs jours, Gérard Solal arpente les allées du Salon de l'agriculture. Pour lui, c'est l'occasion unique de rencontrer des producteurs régionaux pour les convaincre de rejoindre "Tout sans intermédiaire" (TSI). Il y a deux ans, cet ancien expert-comptable s'est lancé en solo dans la création de cette "place de marché" numérique. Un concept répandu aux Etats-Unis mais qui n'existait pas encore en France.

Le principe est simple : mettre en relation directe des producteurs régionaux qui veulent se faire connaître et des consommateurs qui cherchent des produits de qualité au meilleur prix, le tout en supprimant tous les circuits intermédiaires traditionnels. 

Le processus : l'acheteur commande son produit sur la plate forme internet, effectue le règlement et reçoit une facture qui donne l'identité, le logo et l'adresse de la société. De son côté le producteur reçoit la même facture.

Pour récupérer son produit, l'acheteur a plusieurs solutions : 
- se rendre directement chez le producteur ou dans un point de livraison déterminé par lui ou même sur un marché où il est présent
- passer par le réseau Mondial Relay et se faire livrer dans un des 4000 point relais existants en France.

Gérard Solal, créateur de Tout sans intermédiaire

Gérard Solal, créateur de Tout sans intermédiaire

Seul impératif pour les acheteurs : commander en quantité suffisante pour bénéficier de prix de gros. En solo, on peut acheter une cagette de melon ou une caisse de vin. Mais pour les produits plus "petits", pas question de commander au détail. Exemple : je veux acheter des oeufs à un éleveur basé à Rillieux-la-Pape dans le Rhône près de Lyon. Je ne vais pas lui commander 12 oeufs mais... 130 ! Le chiffre peut faire peur mais le but est de favoriser le co-achat, à savoir faire des commandes groupées (comités d'entreprise, groupes de particuliers). 

"Tout sans intermédiaire" travaille actuellement avec une cinquantaine de producteurs installés aux quatre coins de la France. Châtaignes des Cévennes, huile d'olive d'Alès, oeufs du Rhône, Côtes-du-Rhône, voilà quelques-uns des produits présentés. Parmi eux, les Nicettes. Il s'agit de caramels fabriqués non pas à Nice comme le nom pourrait le laisser croire mais à Clamart, près de Paris. Nicette, c'est le prénom de l'arrière grand-mère de Laurent Lavis, un jeune artisan caremelier qui a repris la recette (datant de 1935 !) de son aïeule. Avec Ralp Coussa, ils ont créé leur société et pour se faire connaître, ils ont tenté l'aventure TSI.
Ralph Coussa, co-gérant des Nicettes

Ralph Coussa, co-gérant des Nicettes et adhérent à TSI

Autre avantage de "Tout sans intermédiaire" pour les producteurs : la plate-forme les déchargent des soucis de gestion, de logistique, de marketing et même de communication. Ils peuvent ainsi se concentrer sur le meilleur : leurs produits !


les + lus
publicité
Vos JT    Le 12/13    Le 19/20
"Métiers à tisser" portraits d'agriculteurs au fil du salon
Au fil du temps
Les Rencontres du Salon
Comment vous dire autrement ... Le Blog de nos humeurs !
Salon de l'agriculture 2016 le site officiel
Midi en France au salon de l'agriculture
Twitter
nos pages facebook