Cette semaine dans Mise en Seine, Jean-Laurent Serra danse la salsa avec "Carmen" en version cubaine au Châtelet et part à la conquête de l’air sous la nef du Grand-Palais.

"Carmen" se transforme en comédie musicale cubaine rythmée et colorée

Les photos de "Carmen la Cubana"

 

"Carmen" de Bizet est certainement l’œuvre classique la plus connue et la plus jouée dans le Monde, mais c’est une version inédite qui est présentée au théâtre du Châtelet, l’opéra est transformée en comédie musicale Cubaine dans laquelle Carmen arpente les rues de la havane.  Et si les grands airs de l’opéra sont repris et reconnaissables, ils ont été relevés aux couleurs caraïbes et aux rythmes Afro Cubains. Sur la Scène, une quarantaine d’artistes chantent et dansent avec une énergie débordante et communicative.

Tous sont Cubains et fiers de présenter ce nouveau genre de spectacle qui est l’équivalent d’une comédie musicale à l’américaine mais avec une troupe 100% cubaine. A l’heure où leur pays s’ouvre au Monde et aux Etats-Unis, Carmen la Cubana a valeur de symbole. La toute première comédie musicale du genre devrait faire des petits. Une belle aventure à suivre.

« Carmen la Cubana » jusqu’au 30 avril au Théâtre du Châtelet. Paris 1er
Un "Carmen" version rumba et chachacha
Rumba et chachacha pour une version de "Carmen" présentée au théâtre du Châtelet. L’opéra de Bizet se transforme en comédie musicale cubaine rythmée et colorée.

 

Sous la nef du Grand Palais, le spectacle monumental « La Conquête de l’air » raconte l’histoire de l’aviation sur écran XXL

Vingt trois vidéos projecteurs, trois vrais avions et plus de 5.000 heures de tournage et d’infographie, le spectacle « La Conquête de l’Air »  a vu très grand pour raconter cent ans d’histoire de l’aviation. Une aventure à vivre à 360 degrés qui est également une performance technique qui fait travailler 450 personnes depuis plus de dix huit mois.

Le spectateur est immergé au cœur d’un dispositif scénique et sonore qui le plonge dans l’histoire de ces fous volants. Une expérience unique permet également de découvrir la beauté de la nef du Grand-Palais qui accueillait au début du siècle dernier, le premier salon aéronautique de l’histoire.

► « La Conquête de l’Air » jusqu’au 14 avril sous la Nef du Grand Palais. Paris 8ème

Voir le reportage de Jean-Laurent Serra et Audrey Natalizi
« La Conquête de l’air » raconte l’histoire de l’aviation sur écran XXL


© G Courtois
© G Courtois

 

► Trois idées de sorties pour cette fin de semaine avec tout d’abord le Béjart Ballet Lausanne qui revient à l’Opéra royal de Versailles avec un programme varié, composé de quatre pièce dont « Le Mandarin Merveilleux » un ballet-pantomime endiablé qui s’inspire du film culte M-Le Maudit de Fritz Lang et de l’opéra de Béla Bartók. La pièce nous entraine dans les bas fonds d’une ville sordide à la rencontre d’une fausse fille qui ensorcèle les hommes. Mystère ! 
« Le Mandarin Merveilleux » jusqu’au 10 avril à l’Opéra Royal de Versailles.

► Le théâtre du rond point accueille le « Festival Sans Elastique » un rendez-vous qui présente une vingtaine d’artistes hors format pour des soirées multipistes qui mélange les styles et les genres. Des performances et des spectacles aux formes originales qui se déclinent en musique, en surprise ou encore en improvisation. Soyez donc curieux et sautez le pas sans élastique, le festival se poursuit jusqu’au 16 avril.

► De la musique enfin avec le festival Banlieues bleues qui reçoit Calypso Rose, une légende de cette musique caractéristique des iles Trinité et Tobago. Première femme couronnée reine du Calypso, cette ambassadrice qui fête cette année ses 75 ans de bonne humeur dévoilera en public son nouvel album aux rythmes chaloupés. Une expérience musicale à vivre debout et sans retenues. Avec un peu de chance vous croiserez peut être Manu Chao, son producteur devenu véritable fan.
« Calypso Rose » le 13 avril, à Clichy-sous-Bois, et le 14 avril, à Epinay-sur-Seine.