Des agriculteurs crient leur colère contre "la paperasse"

Dix jours avant le Salon de l'agriculture, plus d'une centaine d'éleveurs et cultivateurs ont fait le déplacement jusqu'à Paris mardi pour manifester leur colère contre l'abus de normes et de papiers à remplir, demandés par la France et l'Union européenne.

  • F3 avec AFP
  • Publié le
© F3

© F3

Les agriculteurs - 3 à 400 selon les organisateurs, 150 selon la police, présente à bonne distance avec quelques pompiers - ont rempli la broyeuse de vieux exemplaires d'un quotidien de la Beauce, et de paquets d'oeufs vides, recrachés par la machine à jet continu vers le bâtiment.

"Symboliquement, nous renvoyons ces papiers à l'administration", a expliqué à l'AFP Arnaud Rousseau, président de la fédération départementale FDSEA de Seine-et-Marne. "Nous sommes devant France Agrimer et devant l'ASP, l'agence qui demande des papiers, des papiers et des papiers aux agriculteurs français pour pouvoir justifier d'un certain nombre de soutiens. Nous disons oui au contrôle de l'argent public, mais il nous faut des procédures de simplification", a-t-il ajouté.

Des agriculteurs crient leur colère contre "la paperasse"

 

  • Le veau sous la mère, une tradition bien ancrée en Corrèze

    Le veau sous la mère est reconnu indiscutablement pour ses qualités gastronomiques. Ce type d'élevage est-il toujours autant pratiqué Corrèze. Les consommateurs apprécient-ils toujours ce savoir-faire ? La filière est-elle toujours aussi florissante ? France 3 Pays de Corrèze a mené l'enquête. 

    Mis à jour le 29/09/2016
  • Le projet d'extension d'une porcherie suscite des inquiétudes au Fel dans l'Aveyron

    Au Fel, dans le Nord-Aveyron, un projet de porcherie industrielle suscite l'opposition de certains habitants des communes voisines. Ils craignent notamment les nuisances olfactives liées aux épandages et les risques de pollution. L'agriculteur, lui, s'estime freiné dans son projet de développement.

    Mis à jour le 29/09/2016
  • Fièvre catarrhale : la filière bovine peine à exporter

    Depuis septembre 2015 et le premier cas de fièvre catarrhale ovine (FCO), l’exportation de broutards est en baisse en Saône-et-Loire. Un an après, les marchés perdus lors de l’épidémie n’ont toujours pas été regagnés. Les exploitants agricoles alertent le gouvernement.

    Mis à jour le 29/09/2016
les + lus
les + partagés