Des "survivants" prêts à se battre pour leurs élèves, les profs défilent en zombie

On y croirait presque : du sang sur le costume, les profs ont défilé à Paris pour faire entendre leurs revendications.

  • Par Emmanuèle Bailly
  • Publié le
© BERTRAND GUAY / AFP

© BERTRAND GUAY / AFP

Visages peints en blanc et recouverts de traces de faux sang, les enseignants-zombies ont dévoré une directrice académique "diabolique", mais "à l'air un peu coincé", dans une saynète dénonçant la perte de 300 heures d'enseignement pour cinq collèges et lycées classés en éducation prioritaire à Colombes, commune de l'ouest parisien. 

Ils ont cru nous enterrer à force de rogner nos moyens, mais nous ne sommes pas morts. Nous sommes bien vivants et nous continuerons à nous battre pour nos élèves!"
a lancé Pierre-Alexandre Fournié, professeur de mathématiques au lycée Maupassant. 



Scandant les slogans "Najat, menteuse, rends-nous nos heures!" ou encore "Un même droit à l'éducation, dans tous les quartiers, dans toutes les régions!", les enseignants, réunis sur le parvis de la gare Saint-Lazare à Paris, ont réclamé une rallonge de leur dotation horaire globale. Grâce à ces heures, "ce sont de petits miracles sociaux que nous réalisons chaque jour", a résumé Nicolas Kemoun, professeur de sciences économiques et sociales.


Une petite correction s'impose

De son côté, le directeur académique des services de l'Éducation nationale des Hauts-de-Seine, Philippe Wuillamier, joint par l'AFP, fait valoir une toute autre estimation: ce n'est pas 300 heures qui seront perdues, mais seulement 40 heures sur le solde. Si trois établissements de Colombes perdront
au total 170 heures, quatre vont gagner 130 heures, a détaillé M. Wuillamier. "Toute baisse est expliquée par une baisse des effectifs et du nombre de classes. A effectif constant, aucun établissement ne voit sa dotation baisser", a justifié le directeur académique.
 




En Seine-Saint-Denis, les parents foulaient le pavé pour le "non-remplacement des professeurs absents, devenu la 'norme'", aux côtés de leurs enfants et d'enseignants. La FCPE 93 estime que sur l'ensemble de son premier cycle, un enfant perdra environ un an de cours. Dans le 91, c'était contre la fermeture des classe.

Tous les départements de la région ont été concernés par la mobilisation. 

  • Le plateau de Saclay, pôle d'excellence scientifique

    Le projet Paris-Saclay vise à regrouper les organismes de recherche, les grandes écoles, universités afin de créer un pôle d'excellence scientifique et technique de dimension internationale, comparable à la Silicon Valley. Petit à petit, les grandes écoles s'installent sur le plateau.

    Mis à jour le 28/09/2016
  • A Saint-Ouen, bataille autour de la scolarisation d'enfants Roms

    Le maire de Saint-Ouen, William Delannoy, refuse d'inscrire dans ses écoles, des enfants Roms qui vivent dans un bidonville de la commune. Il assume sa décision qu'il sait illégale, pour dénoncer la difficulté que rencontrent les maires confrontés à ces populations.

    Mis à jour le 20/09/2016
  • Le lycée Suger en grève depuis la rentrée

    Le lycée Suger de Saint-Denis est paralysé depuis l’agression, lundi 5 septembre, d’un surveillant. Mardi 13 septembre, sixième jour de la mobilisation,
    les enseignants, élèves et parents dénoncent toujours le manque de personnel d'encadrement. 

    Mis à jour le 14/09/2016
  • Rennes 1 : on peut désormais bûcher à la BU le soir !

    Etudier le soir à la bibliothèque universitaire (BU) ce sera désormais possible à Rennes 1. A partir du 1er octobre, les étudiants rennais pourront venir bûcher soirs et week-ends, sur le campus Centre, dans les salles La Borderie situées dans la BU Droit-Economie-Gestion. 

    Mis à jour aujourd'hui à 08h39
  • Lyon: ouverture d'une deuxième école de la 2ème chance

    L'établissement s’adresse aux jeunes de 18 à 25 ans, sortis du système scolaire sans diplôme ni qualification. Une antenne inauguré ce mercredi 28 septembre par Anne-Sophie Condemine, adjointe au maire déléguée à l’emploi, l’insertion et l’égalité des chances.

    Mis à jour le 28/09/2016
  • Le lycée maritime de Cherbourg au sommet de la vague

    Menacé de fermture il y a 5 ans, le lycée maritime et aquacole de Cherbourg a effectué sa rentrée 2016 avec un record en terme d'élèves. Il développe des partenariats inédits en surfant sur la vague des énergies marines renouvelables.

    Publié le 28/09/2016

L'actu de votre région en vidéo

"Sens", de la bande dessinée à la réalité virtuelle

Le roman graphique de Marc-Antoine Mathieu "Sens" est adapté en jeu vidéo de réalité virtuelle. Une oeuvre à découvrir à La Gaîté lyrique, dans le 3ème arrondissement, à Paris.

les + lus
les + partagés