Non-lieu pour Georges Tron, le maire UMP de Draveil accusé de viols et agressions sexuelles

© AFP / Bertrand Guay
© AFP / Bertrand Guay

L'ex-ministre UMP Georges Tron, accusé de viols et d'agressions sexuelles par deux anciennes employées municipales de sa commune de Draveil (Essonne), a obtenu un non-lieu.

Par Christian Meyze

L'ex-ministre UMP Georges Tron,maire de Draveil (Essonne), fait l'objet d'un non-lieu dans l'affaire de viols et agressions sexuelles dont il était accusé. Ce sont deux  anciennes employées municipales de sa commune qui l'avaient accusé. Mais il est très vite apparu que les deux accusatrices, très liées localement avec le Front National, semblaient porter des accusations sans fondement réel à l'égard du maire, et que leurs intentions étaient sans doute ailleurs. 

Son adjointe à la culture, elle aussi mise en cause dans cette affaire, fait également l'objet d'un non-lieu, conformément aux réquisitions du parquet de l'Essonne.

>> Voir le rappel des faits de Geneviève Faure

Non-lieu pour Georges Tron
L'ex-ministre UMP Georges Tron, accusé de viols et d'agressions sexuelles par 2 anciennes employées de sa commune de Draveil dans l'Essonne a obtenu un non-lieu. L'affaire l'avait conduit à démissionner de son poste de secrétaire d'État de la Fonction publique en mai 2011...

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Aubervilliers : "Ex Anima", le ballet sauvage des chevaux signé Bartabas

Près de chez vous

Les + Lus