Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

REPLAY. François Fillon, violences urbaines, délinquance des mineurs... Robin Reda était dans Dimanche en politique

Ancien supporter de Bruno Le Maire à la primaire, Robin Reda le jeune maire de Juvisy-sur-Orge, dans l'Essonne, a réaffirmé son soutien au candidat des Républicains François Fillon à la présidentielle... Malgré les affaires et le doute qui gagnent certains militants de droite.

Par France 3 Paris IDF/YLG

Le jeune maire Les Républicains de Juvisy-sur-Orge, dans l'Essonne, Robin Reda s’est défendu d’être filloniste…Mais l’ancien supporter de Bruno Le Maire à la primaire s’est tout de même rangé par loyauté derrière le candidat de la droite. « François Fillon est le seul à pouvoir gouverner, c’est le plus à même de renforcer la France dans l’avenir. »

Robin Reda a dénoncé « la chasse aux sorcières » sur François Fillon, tout en expliquant que le Penelope Gate a rendu les choses plus « compliquées sur le terrain ». Robin Reda regrette que cette affaire monopilise la campagne, au détriment des sujets de fond du candidat.

Violences urbaines

Les violences policières à l’égard du jeune Théo sont « inacceptables » pour le jeune maire de Juvisy-sur-Orge. « J’espère que ces fautes seront lourdement sanctionnées, mais ne généralisons pas cela à l’institution policière qui a le droit d’être respectée. » Sur les violences urbaines qui ont découlé, Robin Reda l’assure : « Ces attaques sont la responsabilité de lâches et de criminels. Je ne cherche pas d’excuse sociale à ceux qui terrorisent les habitants dans nos quartiers. La délinquance des jeunes est de plus en plus forte, les trafics de drogue sont en augmentation, il y a une paupérisation très fortes de ces quartiers. Il y a un rendez-vous manqué avec les banlieues sous le quinquennat de François Hollande. »

Sur le projet de François Fillon d’abaisser la majorité pénale à 16 ans, Robin Reda s’est prononcé pour une telle mesure… Pour que tous aient la même peine. « Tout ce qui pourra aller dans le renforcement de la justice pénale vis-à-vis des mineurs délinquants va dans le bon sens… Pour stopper ceux qui se moquent de l’autorité républicaine. »

« Chez les casseurs de Juvisy (NDLR : il y a eu un saccage de halls d’immeuble en début d’année), il y avait des majeurs et des jeunes de 16 à 18 ans. Aujourd’hui, il y a une réponse pénale différenciée : les uns étant envoyés devant le juge, les autres devant un juge pour enfants avec des délais de procédure beaucoup plus longs. »

Juvisy-sur-Orge

Interpellé sur Twitter quant à la fermeture de l’hôpital de Juvisy, le maire s’est défendu d’une décision de sa part, se disant subir les décisions gouvernementales de la ministre de la santé. « J’ai été obligé, sur les fonds de la commune, d’ouvrir une maison de santé pluridisciplinaire pouer faire venir des médecins, pour lutter contre la désertification médicale. Ce sont les maires qui sont en première ligne pour maintenir les services publics en Ile-de-France. »

Sur le même sujet

SUIVEZ L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2017 SUR FRANCE INFO

Pour le CIO, “c'est extrêmement compliqué de trouver des faiblesses” dans la candidature parisienne

Près de chez vous

Les + Lus