Pour le CIO, “c'est extrêmement compliqué de trouver des faiblesses” dans la candidature parisienne