Le parquet requiert un procès pour le couple Balkany

Le parquet national financier demande le procès du couple Balkany dans l'enquête sur son patrimoine. / © MIGUEL MEDINA / AFP
Le parquet national financier demande le procès du couple Balkany dans l'enquête sur son patrimoine. / © MIGUEL MEDINA / AFP

Le maire de Levallois-Perret, son épouse et leur fils sont depuis bientôt deux ans l'objet d'une enquête sur leur important patrimoine. Ils sont soupçonnés de blanchiment de fraude fiscale aggravée et "déclaration incomplète ou mensongère".

Par ML avec AFP

Isabelle et Patrick Balkany se rapprochent du procès. Le parquet national financier (PNF) a demandé dans ses réquisitions rendues le 21 juillet le renvoi du couple et de l'un de ses enfants, Alexandre, devant le tribunal correctionnel. Si le juge suit le parquet, cela signifierait la fin de l'instruction dans le cadre de l'enquête sur le patrimoine du maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) et de son épouse.

Le ministère public demande leur comparution pour blanchiment de fraude fiscale aggravée et "déclaration incomplète ou mensongère" à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, a appris l'AFP de source proche de l'enquête. Les époux Balkany sont soupçonnés d'avoir dissimulé certains de leurs biens au fisc via des sociétés écrans à l'étranger.



Deux propriétés sont concernées : la villa "Pamplemousse" de l'île Saint-Martin, aux Antilles, et le riad "Dar Gyucy" au Maroc. Alexandre Balkany, quant à lui, est suspecté d'avoir aidé ses parents à occulter la possession de ce dernier bien. 

13 millions d'euros concernés par le blanchiment


Pour Bertrand Repolt, l'avocat de l'Association des contribuables de Levallois-Perret, partie civile dans le dossier, ce réquisitoire ouvre la voie à "un procès dont notre démocratie a besoin, pour que nos concitoyens sachent que la moralisation de la vie publique n'est pas un vain mot". Interrogée par l'AFP, Isabelle Balkany a quant à elle déclaré ne pas avoir été informée de la démarche du parquet et ne pas souhaiter "faire de commentaires à ce stade".


Sept sociétés et fondations offshore aurait été créées entre 1986 et 2014 dans plusieurs paradis fiscaux, au Panama et au Liechtenstein notamment. Le PNF estime que le montant des avoirs concernés par l'enquête atteindrait ainsi 13 millions d'euros. Une somme qui "ne peut s'expliquer par le seul héritage des parents respectifs d'Isabelle et de Patrick Balkany, issus l'un et l'autre de familles aisées", affirme le ministère public dans son réquisitoire, contrairement à ce qu'a déclaré le couple lors de son audition par les juges. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Biennale d'art contemporain à Montrouge

Près de chez vous

Les + Lus