Le concert d’un artiste congolais interdit à l’Olympia, face à des débordements

Des policiers face aux opposants congolais, à l'origine de l'interdiction du concert d'Héritier Watanabe. / © Gersende RAMBOURG / AFP
Des policiers face aux opposants congolais, à l'origine de l'interdiction du concert d'Héritier Watanabe. / © Gersende RAMBOURG / AFP

Prévu samedi soir, le concert d'Héritier Watanabe a été interdit par la préfecture de police. Une décision prise après des débordements de la part d’opposants au régime du président Kabila, supposé proche de l'artiste.

Par Pierre De Baudouin

Une voiture en feu, au milieu du boulevard des Capucines. Le conducteur et ses occupants – des opposants au régime congolais actuel – l’ont en fait volontairement abandonné et incendié, avant de prendre la fuite.

Le but : faire interdire le concert d'Héritier Watanabe, un Congolais accusé de soutenir le pouvoir autoritaire du président Joseph Kabila. Une manifestation à proximité d’Opéra et de l’Olympia, la salle censée accueillir l’artiste.

Hériter Watanabe a en effet chanté pour Kabila, lors des campagnes présidentielles de 2006 et de 2011.

Et l’objectif des militants a été tenu : suite à des débordements jugés « inacceptables », la préfecture de police a finalement demandé l’annulation du concert, dans un communiqué :
Rassemblés au carrefour devant l'Opéra, 200 opposants ont célébré l’interdiction :

 

Trois interpellations

Mais la manifestation ne s'est pas déroulée sans heurts. Incendie de voiture, mais aussi de poubelles… Un journaliste du média pro-russe RT France a filmé la manifestation :
Au total, en plus de l’interdiction, au moins trois personnes ont été interpellées.

La préfecture avait dans un premier temps interdit toute manifestation dans un vaste périmètre autour de l’Olympia.

La direction de la salle de spectacle parisienne avait en réaction demandé l’interdiction du concert, face à des menaces reçues de la part des opposants.

Un autre artiste congolais, Fally Ipupa, avait également dû annuler son concert à la Cigale après des menaces similaires, le 22 juin dernier.

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS LEGISLATIVES 2017 SUR FRANCE INFO

Le festival Lollapalooza est à Paris

Près de chez vous

Les + Lus