Elle a vécu les semaines "les plus tristes" de sa "vie politique". L'ancienne ministre des Affaires européennes Marielle de Sarnez a annoncé dimanche qu'elle ne briguerait pas la présidence du groupe MoDem à l'Assemblée nationale, qui compte 42 députés.

"Déferlement de malveillance"

Elue députée de la 11ème circonscription de Paris le 18 juin dernier, à l'issue du second tour des législatives, la vice-présidente du MoDem a quitté le gouvernement mercredi, alors que le parti centriste fait l'objet d'une enquête sur l'emploi d'assistants parlementaires européens. 

Marielle de Sarnez a précisé à l'AFP : "Je ne suis pas candidate à la présidence du groupe, mais à la présidence d'une commission." Dans un message posté sur Facebook, l'ex-ministre déplore un "déferlement de malveillance", mais assure qu'elle "ne cesserai(t) jamais le combat".

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Cliquez ici pour accéder au site mobile.