Ce sont environ 5.000 écailles, soit près de 400 tortues Eretmochelys imbricata, que les douaniers ont été découvert, conditionnées dans 15 cartons expédiés en fret aérien depuis Haïti et à destination du Vietnam

Le directeur des douanes de Roissy, Philippe Legué, explique que "la cargaison, de 496 kg, estimée à 300.000 euros, est une matière première destinée à une industrie particulière" (lunettes, peignes, pendentifs). Il précise que ces tortues étaient tuées dans ce seul but, car elles ne sont pas comestibles."

Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot et celui des Comptes publics, Gérald Darmanin, sont venus "saluer une saisie record"
et "encourager les douaniers à continuer à lutter contre le trafic d'espèces menacées".

"Le trafic des espèces menacées est l'un des trafics les plus importants, qui d'ailleurs alimente d'autres trafics, et c'est une composante importante de l'érosion de la biodiversité", insistait Nicolas Hulot.
En 2016, les douanes ont réalisé 493 constatations portant sur des spécimens protégés, en hausse de 16,5% par rapport à 2015.
Saisie d'écailles de tortues protégées