Près d’un député sur deux, est une députée. A l’issue du second tour des élections législatives 2017, 45 femmes sont élues contre 52 hommes en Île-de-France.

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Cliquez ici pour accéder au site mobile.

Un record en termes de parité : lors de la dernière législature en 2012, on comptait seulement 17 femmes franciliennes à l’Assemblée nationale, contre 80 hommes. En 2007, la part de femmes était semblable en Île-de-France : 18 %, soit une femme pour quatre hommes députés.

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Cliquez ici pour accéder au site mobile.

La plus grande parité symbolise - avec le rajeunissement entre autres - le nouveau visage de l’Assemblée. Un exemple, Danièle Obono : première (et unique) députée de la France insoumise à remporter une circonscription à Paris, face à La République en marche.
Danièle Obono, une nouvelle députée à l'Assemblée nationale, élue dans la 17e circonscription de Paris. France 3 Paris IDF

Un record de féminisation à relativiser

Si le second tour des législatives a permis une féminisation de l'Hémicycle, le premier tour allait déjà dans ce sens. Au niveau du pays selon Le Parisien, 245 femmes arrivaient en tête dans leur circonscription dimanche 11 juin. Déjà un record.      

Au final, au niveau national, 223 femmes au moins siégeront au sein de l’Hémicycle, contre 155 après les élections de 2012.

Au total dans l’Assemblée, La République en marche compte 47 % de députées, le MoDem 46 %, la France insoumise 41 %, le Parti socialiste 38 %, le Front national 25 %, et Les Républicains seulement 23 %.

Le Parti communiste français complète le tableau avec 20 % de femmes, avec l’UDI avec 17 %.

Si la féminisation des sièges atteint un record, en France comme en Île-de-France, les chiffres restent à relativiser. Présidents de groupe, présidence de l'Hémicycle… La répartition des postes importants au sein de l’Assemblée sera déterminante.