Valérie Pécresse lance, elle aussi, son grand concours d'architecture

Lundi 14 mars, Valérie Pécresse a confirmé son intention de lancer un grand concours d'urbanisme pour l'Île-de-France et la création d'une biennale d'architecture. Veut-elle concurrencer Anne Hidalgo dans ce domaine ou changer l'image d'une présidente de région ?

  • Par Daic Audouit
  • Publié le , mis à jour le
© ERIC FEFERBERG / AFP

© ERIC FEFERBERG / AFP

On avait laissé Anne Hidalgo et Valérie Pécresse alliées, soit pour défendre le numérique à la française, soit pour plaider ensemble au Japon l'image de la capitale. Vont-elles devenir rivales pour la construction de monuments qui vont se disputer l'honneur de figurer sur les selfies des touristes japonais ?

Dessine-moi le Grand Paris

En conférence de presse de présentation de la séance du conseil régional d'Île-de-France, Valérie Pécresse a confirmé son intention de créer un grand concours d'architecture baptisé "Dessine-moi le Grand Paris de demain". Au même moment, Anne Hidalgo était en Normandie pour dessiner les grands contours de l'opération "Réinventer la Seine", sur le modèle de son "Réinventer Paris"

►LIRE aussi : Carte interactive des lauréats du concours "Réinventer Paris"

Clairement, il y a de la compétition dans l'air entre la maire de Paris et la présidente de la région Île-de-France.Cette dernière craint-elle d'être à la remorque de la première ? Valérie Pécresse tique un peu à cette évocation. "Je trouve le projet d'Anne Hidalgo magnifique, mais la banlieue et la grande couronne ont droit à la même qualité architecturale de Paris. Elles ont le droit au même rêve urbanistique", explique la présidente de la région Île-de-France. Il ne s'agirait donc pas d'un concours de qui aura la plus grosse tour, mais d'un travail complémentaire, chacun dans son territoire défini. 

"Il faut parler d'une seule voix à l'international", prévient-elle néanmoins ajoutant que "le Grand Paris est un mot que comprendront tous les architectes internationaux". On comprend alors surtout que la rivale de Valérie Pécresse n'est pas tant la mairie de Paris (un peu) que  la Métropole du Grand Paris qui, elle aussi, veut lancer son concours. L'occasion pour l'ancienne députée des Yvelines de rappeler tout le mal qu'elle pense de cette métropole et de l'enchevêtrement des comptétences dans la région. Bref, il s'agit pour elle de marquer son territoire en se revendiquant l'héritière de "l'atelier du Grand Paris", né après le discours fondateur de Nicolas Sarkozy en 2009 à la Cité de l'architecture. 

"Dessine-moi le Grand Paris de demain" déclinera sept thématiques aussi bien géographiques (campus universitaires, bords des fleuves ou entrées des villes) que philosophiques (eco-quartier, végétalisation). Et au cas où on douterait de sa crédibilité sur le sujet, elle rappelle que l'aménagement du territoire fait partie des compétences de l'institution régionale. 

Biennale d'architecture

Valérie Pécresse annonce également la création d'une "Biennale de l'architecture et de l'urbanisme" dès 2017. C'est Chantal Jouanno qui pilotera ce projet. "L'Île-de-France est la seule grande métropole avec des zones rurales et des zones denses", commente la vice-présidente en charge de l'environnement qui sera l'invitée de Samedi Politique sur notre antenne, le 19 mars prochain.  

Valérie Pécresse prend soin de rappeler sa passion pour le suje architectural, qu'elle fait remonter à son passage au ministère de l'enseignement supérieur, quand elle fut confrontée à l'aménagement de campus. Un goût personnel qui est aussi un enjeu d'image politique. Valérie Pécresse veut être une présidente bâtisseuse, comme elle l'avait promis pendant la campagne des régionales. Elle l'a rappelé  une nouvelle fois en présentant sa politique logement qui sera examinée en fin de semaine au conseil régional.

D'ordinaire, le président de la région Île-de-France est surtout associé à la politique de transports. Mais Valérie Pécresse anticipe que le Grand Paris Express, le grand projet structurant, est piloté par l'Etat via la SGP. Que lui restera-t-il sinon le plaisir de partager les inaugurations des nouvelles gares ? 

"Il s'agit aussi de laisser une marque", comme le dit Geoffroy Didier, vice-président en charge du logement. "Je serai la présidente qui accomplira la révolution des transports, mais je veux aussi être celle qui va faire baisser le prix du logement en Ile-de-France", promet Valérie Pécresse, au moment de conclure sa conférence de presse. 
les + lus
les + partagés