EN IMAGES. Les cadenas d’amour, toujours bien accrochés au pont Neuf

© PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP
© PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP

Retirés de la passerelle des Arts et du pont de l’Archevêché, les cadenas d’amour accrochés par les touristes ont bien survécu au pont Neuf.

Par Pierre De Baudouin

Comme le Terminator, ils sont de retour... Et pour de bon. Les cadenas accrochés aux ponts de Paris par les amoureux ont envahi le pont Neuf, bien installés sur les grilles.
Symboles de l’image romantique qui colle à la capitale, les cadenas représentent pourtant un risque : les ponts peuvent crouler sous le poids du métal suspendu. En juin 2014, une grille de la passerelle des Arts s'était même décrochée, sous le poids de ces cadenas.

65 tonnes retirées par le passé

La mairie de Paris, face aux problèmes de dégradation et de sécurité, a donc progressivement retiré les (très lourds) antivols de la passerelle des Arts et du pont de l’Archevêché.

En tout, 65 tonnes de cadenas décrochés, et vendus aux enchères.
Tout près du pont de l’Archevêché, certains vendeurs ont aujourd’hui bien du mal à retrouver des antivols dans leurs stocks :

La mode est passée, ça y est. Avant c’était bien, ils venaient de partout, de l’étranger, pour en accrocher…

Mais les touristes n’ont pas dit leur dernier mot : les cadenas d'amour ont vite envahi le pont Neuf.

EN IMAGES. Les cadenas d’amour, toujours bien accrochés au pont Neuf ►

Combattue par la Ville, la tradition reste donc encore bien accrochée aux ponts de la capitale.

A lire aussi

Sur le même sujet

Scandale du fipronil : une exploitation bio des Yvelines nous ouvre ses portes

Près de chez vous

Les + Lus