Lettre piégée au FMI : la “Conspiration des cellules de feu” soupçonnée

Périmètre de sécurité devant le siège du FMI à Paris le 16 mars 2017. / © I.Audin / France 3 IDF
Périmètre de sécurité devant le siège du FMI à Paris le 16 mars 2017. / © I.Audin / France 3 IDF

Après la découverte de résidus de timbres grecs au siège du FMI, la piste de la mouvance anarchiste grecque se confirme. Le groupe Conspiration des cellules de feu serait "vraisemblablement à l'origine" du colis piégé selon une source policière grecque.

Par VP avec AFP

C'est une source policière grecque qui a révélé ces derniers éléments. Le ministre adjoint grec de la Protection civile Nikos Toskas a été avisé par les autorités françaises que le colis envoyé au FMI avait été expédié d'Athènes, comme celui envoyé au bureau du ministre allemand Wolfgang Schäuble ministère allemand des Finances. Le groupe anarchiste grec Conspiration des cellules de feu avait revendiqué jeudi l'envoi du paquet contenant un "mélange explosif" découvert la veille au ministère allemand des Finances, et dont l'explosion a pu être empêchée.

M. Toskas a indiqué que le paquet "portait une fausse adresse d'expéditeur, celle de Nikos Kikilias", député et porte-parole du parti de droite d'opposition grecque Nouvelle-Démocratie, dont l'implication a été exclue. La police grecque a indiqué être en "étroite collaboration" avec les autorités françaises et allemandes sur cette affaire.


# Un mouvement anarchiste d'extrême-gauche

Ce groupe est apparu en Grèce en 2008. Il appartient à la mouvance anarchiste d'extrême-gauche.  Après des troubles urbains provoqués par la mort d'un adolescent tué par la police, des attentats signés par la Conspiration avaient notamment visé plusieurs institutions grecques pendant deux ans. (la résidence d'un procureur, le tribunal de Salonique, le Parlement)
 

# 2010 l'Europe et la France en ligne de mire

Fin 2010, le groupe avait mis l'Europe en état d'alerte avec une série d'envois de colis piégés, notamment aux dirigeants européens Angela Merkel, Nicolas Sarkozy et Silvio Berlusconi, ou à José Manuel Barroso, le président à l'époque de la Commission européenne. Ces colis n'avaient pas fait de victimes.

La Conspiration avait également envoyé des colis piégés à d'autres institutions et ambassades européennes, mais la plupart avaient pu être interceptés à l'aéroport d'Athènes. Ils contenaient généralement des livres évidés et remplis d'une poudre provenant de pétards. Le groupe affirmait alors collaborer avec les anarchistes italiens de la FAI (Fédération Anarchique Informelle).

# Renaissance du mouvement avec la crise grecque

Plus d'une dizaine de ses membres purgent de lourdes peines depuis leur arrestation en 2011. Le groupe a cependant fait sa réapparition en 2014 en provoquant de petits attentats à l'engin explosif sans faire des victimes. La police estimait à l'époque que la Conspiration fédérait des franges radicalisées de la jeunesse grecque, face à la grave crise sociale et économique vécue par le pays.

En avril 2014, la Banque de Grèce avait été la cible d'une explosion, revendiquée cette fois par le groupe "Lutte révolutionnaire". Le dernier acte en date de la Conspiration était en octobre 2016 un attentat à l'engin explosif contre le domicile athénien d'une magistrate du parquet. En novembre 2016, une attaque à la grenade contre l'ambassade de France à Athènes avait très légèrement blessé une policière. Il avait cette fois été revendiqué par un groupe "Organisation d'autodéfense révolutionnaire". 

Les parkings de Roissy

Près de chez vous

Les + Lus