publicité

NFC, QR code... La RATP connecte ses abribus pour informer ses usagers en temps réel

REPORTAGE - La RATP a annoncé jeudi la généralisation d'ici mars 2015 d'un service d'information en temps réel sur ses réseaux de bus et de tramways, utilisant les technologies sans contact pour smartphones et beaucoup moins coûteux que les bornes installées actuellement dans un arrêt sur deux.

  • France 3 Paris, avec AFP
  • Publié le 06/11/2014 | 17:59, mis à jour le 30/07/2015 | 09:43
© Daniel Petitcuenot / France 3 Paris

© Daniel Petitcuenot / France 3 Paris

La RATP a annoncé jeudi la généralisation d'ici mars 2015 d'un service d'information en temps réel sur ses réseaux de bus et de tramways, utilisant les technologies sans contact pour smartphones et beaucoup moins coûteux que les bornes installées actuellement dans un arrêt sur deux. Les 13.500 abribus et autres points d'arrêt des bus et tramways de la RATP seront tous pourvus d'une antenne de communication en champ proche (NFC) et d'un code-barres en deux dimensions (QR code) "d'ici la fin du premier trimestre", a annoncé la régie parisienne à la presse.

>> REPORTAGE :
Collée au verso d'une carte de quelques centimètres carrés, l'antenne NFC est signalée au recto par un symbole, aux côtés d'un QR code et d'un numéro d'envoi de SMS, sous l'intitulé "obtenez votre temps d'attente". Car c'est bien la principale utilité de ce nouveau service, qui reprend les fonctionnalités du site internet et de l'application pour smartphones déjà développés par la RATP. 

En passant son téléphone devant l'antenne NFC ou en "flashant" le QR code, l'usager accède à l'application internet tag.ratp.fr, qui permet aussi de se repérer sur un plan interactif, de consulter les plans des lignes de transport et de rechercher un itinéraire.

Testé depuis deux semaines sur une ligne de bus et une ligne de tramway, ce service est accessible sur tous les modèles de smartphones via le QR code, y compris aux iPhone d'Apple non compatibles avec la technologie NFC. L'information par texto en étend l'utilisation à tous les téléphones portables, même si le choix d'un envoi payant (5 centimes hors coût du SMS) pourrait en freiner l'usage. Quelle que soit la technologie employée, la qualité du réseau de téléphonie mobile sera le principal écueil pour les usagers. "Nous faisons le pari que les gens seront de plus en plus équipés en téléphones NFC et que les réseaux 3G et 4G seront de plus en plus développés", espère Bernard Dupré, chargé de la recherche et de l'innovation à la RATP.

La régie a également trouvé une alternative à ses coûteuses bornes d'information voyageurs (BIV), installées dans quelque 6.500 points d'arrêt depuis 2009 et fonctionnant par radio. L'équipement d'un arrêt en technologies sans contact coûtera moins de 3 euros, soit environ mille fois moins qu'une BIV, précise une source proche du dossier.

Le montant total du projet reste inférieur à 400.000 euros, en incluant les 150.000 euros de développement de l'application web et la part du coût des SMS prise en charge par la RATP, ajoute cette source.

Si les voyageurs plébiscitent ce nouveau service, le département Innovations de la régie parisienne envisage déjà de distribuer des "pastilles" dotées d'une puce NFC, par exemple sous forme d'aimant à coller sur son réfrigérateur. Un amuse-gueule avant, peut-être, de se convertir un jour au paiement sans contact ?
les + lus
les + partagés