Régionales 2015 : ce qu'il faut retenir du second tour en Île-de-France

Les trois candidats qui se sont affrontés au second tour des régionales 2015 (de g à d) : Valérie Pécresse (LR), Claude Bartolone (PS) et Wallerand de Saint-Just (FN). / © A. Blacher/F3ParisIDF - L. Venance/AFP - O. Chapelet/F3ParisIDF
Les trois candidats qui se sont affrontés au second tour des régionales 2015 (de g à d) : Valérie Pécresse (LR), Claude Bartolone (PS) et Wallerand de Saint-Just (FN). / © A. Blacher/F3ParisIDF - L. Venance/AFP - O. Chapelet/F3ParisIDF

La liste d'union de la droite et du centre de Valérie Pécresse remporte le second tour des élections régionales, avec 43,80 % des voix, devant la liste d'union de la gauche de Claude Bartolone. Le Front national recule entre les deux tours en Île-de-France. Ce qu'il faut retenir du second tour...

Par ET

# Valérie Pécresse remporte la région à l'arraché

La liste d'union de la droite et du centre emmenée par la députée LR des Yvelines Valérie Pécresse remporte les élections régionales, avec 43,80 % des voix, au terme du second tour, dimanche 13 décembre. Arrivée en tête le soir du premier tour, avec 30,51 % des voix, la liste d'union Les Républicains-UDI-MoDem n'avait pas bénéficié dans l'entre-deux-tours du soutien de Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), fort de 6,57 % des voix, et qui avait refusé de fusionner sa liste.

LIRE aussi : La droite de Valérie Pécresse emporte l'Île-de-France à l'arraché

Après son échec de 2010, où la candidate s'était inclinée au second tour, face au socialiste Jean-Paul Huchon, Valérie Pécresse prendra la présidence de la région Île-de-France, vendredi. En revendiquant sa victoire, peu avant 22 heures, dimanche, la tête de liste a indiqué qu'elle serait "la présidente de tous les Franciliens et de tous les territoires".
Après la victoire, le discours de Valérie Pécresse
La tête de liste d'union LR-UDI-MoDem s'est exprimé pour revendiquer sa victoire, dimanche 13 décembre.

# Une gauche éclatée après la défaite, Bartolone remet en jeu son mandat au Perchoir

Avec 42,18 %, l'union de la gauche s'incline au terme du second tour. Après 17 années au pouvoir en région parisienne, la gauche va retourner dans l'opposition au conseil régional. Au premier tour, la liste PS-PRG emmenée par Claude Bartolone avait rassemblé 25,19 % des suffrages, avant de fusionner avec les listes EELV d'Emmanuelle Cosse et Front de gauche de Pierre Laurent. D'un point de vue arithmétique, la gauche avait retrouvé l'espoir de l'emporter au soir du premier tour, étant en mesure de revendiquer plus de 40 % des votes.

LIRE aussi : Un total théorique de 40 %, la gauche d'Île-de-France retrouve l'espoir

Mais la politique a ses règles que la logique ignore. Et si la gauche a gagné des voix entre les deux tours, ce gain aura été insuffisant, comparé à l'avance prise par la principale adversaire. En reconnaissant sa défaite, dimanche soir, Claude Bartolone a annoncé qu'il remettait en jeu son mandat de président de l'Assemblée nationale. "Demain (lundi) matin, comme je m'y étais engagé au début de la campagne, je remettrai mon mandat de président de l'Assemblée nationale à la disposition de Bruno Le Roux, président du groupe socialiste.
Discours de Claude Bartolone
LIRE aussi : Battu Claude Bartolone remet en jeu, comme il s'y était engagé, son mandat de président de l'Assemblée

# Une participation en forte hausse entre les deux tours

Avec 54,46 % de participation au second tour, les électeurs franciliens se sont fortement mobilisés par rapport au premier tour, dimanche 6 décembre, où seuls 45,54 % des inscrits s'étaient déplacés. En 2010, lors du second tour, les inscrits franciliens avaient été 47,14 % à se déplacer. Entre les deux tours, le corps électoral de la région capitale s'est fortement mobilisé. La participation, qui était l'une des clés du scrutin de ce soir, aura donc notamment joué en faveur de la liste de droite et du centre.

LIRE aussi : En Île-de-France, participation en hausse à 17h : 41,83 %

# Le Front national recule entre les deux tours

Entre les deux tours de ces élections régionales, la liste Front national emmenée par Wallerand de Saint-Just aura perdu 60.000 voix. Un net recul, signe qu'une partie des électeurs du parti de Marine Le Pen s'est tournée vers des listes concurrentes. Dans l'entre-deux-tours, Valérie Pécresse avait lancé un appel au "vote utile", avançant que "voter Saint-Just", c'était "voter Bartolone". 
Après la défaite, le discours de Wallerand de Saint-Just
La tête de liste FN-RBM s'est exprimée après sa défaite, dimanche 13 décembre.
Par rapport au premier tour du scrutin 2010, le parti de Marine Le Pen double toutefois quasiment son score en Île-de-France, une région qui ne réussissait traditionnellement pas au Front national.

Suivez le second tour des régionales en Île-de-France minute par minute !

► Résultats, réactions, analyses... Suivez le fil de ce second tour des élections régionales en Île-de-France tout au long de la journée et de la soirée sur notre LIVE minute par minute !
► Retrouvez aussi notre dossier complet spécial Elections régionales

A lire aussi

Sur le même sujet

suivez les élections régionales sur France Info

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

La hausse des tarifs des contraventions à Paris

Près de chez vous

Les + Lus