Filière Cannes-Torcy : “des peines exemplaires“ et une justice sans ”passion”

Les accusés au palais de Justice de Paris le 20 avril 2017. / © Jacques DEMARTHON / AFP
Les accusés au palais de Justice de Paris le 20 avril 2017. / © Jacques DEMARTHON / AFP

Après deux mois de procès devant la cour d'assises spéciale de Paris, vingt membres présumés de la filière jihadiste de Cannes-Torcy, considérée comme une des plus dangereuses de France, seront fixés jeudi soir sur leur sort. L'accusation a demandé des peines exemplaires.

Par VP avec AFP

Ils sont vingt jeunes hommes âgés de 23 à 33 ans jugés depuis 2 mois. L'accusation les croit "prêts à recommencer". Elle a donc demandé des "peines exemplaires", allant jusqu'à la perpétuité pour Jérémy Bailly, l'auteur présumé d'un attentat raté à la grenade dans une épicerie casher de Sarcelles (Val-d'Oise) en 2012. De lourdes peines, de 14 à 20 ans de prison, ont été requises pour des séjours en Syrie ou des projets d'attaque.

La cour s'est rétiré pour délibérer mais avant la parole a été donnée jeudi matin une dernière fois aux accusés : "Mettre une peine pharaonique à une personne, c'est en faire un dissident, un haineux", a soufflé Jérémy Bailly entre deux sanglots. Plusieurs se sont excusés pour leur "comportement dans le box". Ils ont appelé la cour à se garder de toute "passion", alors que trois attentats ont été commis en France depuis le début du procès le 20 avril. La défense avait aussi exhorté la cour à ne pas juger "dans la peur".

Trois ans avant les attentats parisiens de 2015, cette cellule était considérée comme une des plus dangereuses de France. A l'audience, elle a été décrite par les enquêteurs comme "le chaînon manquant" entre le jihadiste toulousain Mohamed Merah et le réseau qui allait frapper la salle de spectacles du Bataclan. L'accusation a dessiné au fil de l'audience le portrait d'une filière redoutable, fruit du rassemblement des "frères" de Cannes (Alpes-Maritimes), sous les ordres de Jérémie Louis-Sidney, un chef violent "bouillant" de sa haine des juifs, et des "frères" de Torcy (Seine-et-Marne), autour de Jérémy Bailly, le fidèle lieutenant. La peine la plus lourde a été requise à l'encontre de ce dernier : la perpétuité, assortie d'une période de sûreté de 22 ans, "une peine de mort civile" pour sa défense.

Des peines de 16 à 20 ans, avec une sûreté des deux tiers, ont été requises à l'encontre des "Syriens" de la bande. Ibrahim Boudina, qui a passé seize mois en Syrie et, selon l'accusation, "revenu pour commettre un attentat" sur la Côte d'Azur. Jamel Bouteraa, qui n'a passé qu'un mois en Syrie, est accusé d'avoir "fait des repérages en vue d'une attaque contre des militaires".

Des peines de 2 à 9 ans de prison ont été requises à l'encontre des sept accusés comparaissant libres.

Le verdict est attendu jeudi soir.

A lire aussi

Sur le même sujet

Partir en livre : un parc d’attractions pour inviter les jeunes à lire

Près de chez vous

Les + Lus