Le procès de la filière jihadiste de Cannes-Torcy pâtit de l'absence des victimes

Un engin explosif a fait un blessé dans cette attaque d'une épicerie casher à Sarcelles (Val d'Oise).  / © JOEL SAGET / AFP
Un engin explosif a fait un blessé dans cette attaque d'une épicerie casher à Sarcelles (Val d'Oise). / © JOEL SAGET / AFP

Le président de la cour d'assises de Paris, qui juge la filière jihadiste de Cannes-Torcy, a haussé le ton face à l'absence des victimes de l'attentat à la grenade contre une épicerie casher à Sarcelles en 2012. 

Par Christian Meyze

Alors que le procès est dans sa cinquième semaine, pour la première fois, des victimes directes devaient être entendues, donner un visage à la souffrance et à la peur. Mais les victimes ne se sont pas présentées. Et le président s'est fâché, constatant que le procès avait du mal à prendre toute sa dimension sans la présence des victimes.
Le livetweet de Laurence Barbry:

 

Sur le même sujet

Festival Paris l'été au lycée Jacques Decour

Près de chez vous

Les + Lus