Tremblay-en-France : le restaurateur condamné à une amende de 5.000 euros

Une vidéo polémique a été tournée samedi soir dans un restaurant de Tremblay-en-France, en Seine-saint-Denis.  / © France 3 Paris IDF/A. Marie
Une vidéo polémique a été tournée samedi soir dans un restaurant de Tremblay-en-France, en Seine-saint-Denis. / © France 3 Paris IDF/A. Marie

Il avait refusé de servir dans son établissement deux femmes sous prétexte qu'elles étaient voilées. Le restaurateur de Tremblay-en-France écope 5.000 euros d'amende dont 3.000 euros avec sursis par le tribunal correctionnel de Bobigny.

Par VP avec AFP

Cet homme de 65 ans été reconnu coupable de "discrimination dans la fourniture d'un service en raison de l'appartenance à une religion dans un lieu accueillant du public". Les faits remontent au 27 août dernier, il avait demandé le 27 août à deux de ces clientes de quitter son établissement après un échange vif qui avait été filmé par l'une d'elles et posté sur les réseaux sociaux.

La cour, suivant presque à la lettre les réquisitions du parquet, l'a condamné à une amende de 5.000 euros d'amende, dont 3.000 avec sursis. En outre, le jugement devra être affiché pendant deux mois à la porte du Cénacle, le restaurant dont le prévenu est propriétaire. Il devra aussi payer 1.000 euros de dommages et intérêts à la plaignante et un euro symbolique au Comité contre l'islamophobie en France (CCIF). Les frais de justice sont également à sa charge, ils s'élèvent  à 1.000 euros.

L'avocat du CCIF, Ouadie Elhamamouchi, s'est déclaré "plutôt satisfait" d'une décision qui montre que "l'islamophobie n'est pas une opinion mais un délit qui est réprimé sur le plan pénal". Il a cependant regretté que le prévenu ne soit pas venu "s'expliquer à la barre".
Me Nathalie Barbier, l'avocate du prévenu a quant à elle déclaré : "C'est une décision modérée mais j'estime que l'infraction n'est pas constituée. Il n'a pas été démontré que mon client a refusé de servir ces deux femmes". Il n'est pas certain cependant que son client fasse appel. Selon son avocatae il aspire "à la tranquillité et à l'oubli".

A lire aussi

Festival Paris l'été au lycée Jacques Decour

Près de chez vous

Les + Lus