Aubervilliers : les salariés de Veolia eau manifestent contre un nouveau plan social

Le secrétaire général de la CFDT et les salariés de la branche eau de Veolia, devant le siège de l'entreprise, à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, le 11 septembre 2017. / © France 3 Paris IDF/VP
Le secrétaire général de la CFDT et les salariés de la branche eau de Veolia, devant le siège de l'entreprise, à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, le 11 septembre 2017. / © France 3 Paris IDF/VP

Les salariés de la branche eau de Veolia sont en conflit avec la direction, depuis l'annonce d'un quatrième plan social depuis 2014.

Par France 3 Paris IDF/ET (avec AFP)

Des salariés de la branche eau de Veolia se sont rassemblés lundi matin devant le siège social de l'entreprise à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis. Ils protestent contre un nouveau plan social, le quatrième présenté depuis 2014, chez le géant de l'environnement.

"Conséquences" sur la distribution de l'eau

Ces salariés ont répondu à un appel à manifester lancé par la CFDT. Le secrétaire général du syndicat Laurent Berger est venu soutenir les salariés mobilisés. Le directeur général de la branche eau de Veolia est d'ailleurs venu s'entrentenir avec le responsable syndical. La CFDT doit être reçue lundi matin par la direction.

Selon la CFDT, ce mouvement social "pourrait avoir des conséquences" sur la distribution de l'eau. 
Les salariés de la branche eau de Veolia manifestent contre un nouveau plan social, devant le siège de l'entreprise, à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, le 11 septembre 2017. / © France 3 Paris IDF/VP
Les salariés de la branche eau de Veolia manifestent contre un nouveau plan social, devant le siège de l'entreprise, à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, le 11 septembre 2017. / © France 3 Paris IDF/VP

1.647 postes supprimés, 987 créés

Veolia a annoncé le 20 juin un nouveau plan de sauvegarde de l'emploi dans le cadre d'un plan de transformation visant à relancer son activité et sa rentabilité, à la peine depuis plusieurs années. Le plan prévoit en effet la suppression de 1.647 postes, dont 97 vacants, et la création de 987 postes en mobilité géographique ou fonctionnelle. 

Après la CDFT ce lundi, un rassemblement de l'intersyndicale CGT, CFE-CGC, FO, CFTC et Unsa doit avoir lieu mardi.

Sur le même sujet

Opposants au projet Bercy pour les JO 2024

Près de chez vous

Les + Lus