Jawad, le “logeur” des jihadistes du 13 novembre 2015, échappe aux assises

Jawad Bendaoud est soupçonné d'avoir fourni un appartement de repli à Abdelhamid Abaaoud. / © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN
Jawad Bendaoud est soupçonné d'avoir fourni un appartement de repli à Abdelhamid Abaaoud. / © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

Le "logeur" des jihadistes du 13 novembre 2015, Jawad Bendaoud, sera jugé par un tribunal correctionnel. Il échappe ainsi à un procès aux assises. Les juges ont estimé que, s'il connaissait leur identité, il n'avait pas connaissance du projet d'attaques terroristes de ses locataires.

Par Christian Meyze/AFP

Jawad Bendaoud, 31 ans, délinquant multirécidiviste rendu célèbre par une vidéo où il clamait maladroitement son innocence, encourt une peine de six ans de prison puisqu'il se trouve en état de récidive. Il avait fourni l'appartement de Saint-Denis, où Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attaques qui ont fait 130 morts, et un autre auteur des tueries s'étaient repliés.


Il risquait la cour d'assises spéciale

Interpellé dans la rue, le 18 novembre 2015, sous l'oeil des caméras, au moment de l'assaut policier contre le logement, il avait été mis en examen six jours plus tard, notamment pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle en vue de commettre une action violente", un chef passible de la cour d'assises spéciale. "Au vu des éléments du dossier, il ne pouvait pas ignorer que les deux fugitifs qu'il hébergeait étaient liés aux attentats du 13 novembre", avait estimé le parquet antiterroriste dans ses réquisitions.

Mais, pour le ministère public, les investigations n'ont "pas permis d'établir qu'il avait connaissance de leur projet de passer à nouveau à l'acte". Abaaoud et son complice avaient prévu de se faire exploser, le 18 ou le 19 novembre, dans le quartier de La Défense près de Paris. Le cas de Jawad Bendaoud avait donc été disjoint de celui des deux terroristes qu'il logeait.


Recel de terroristes

Dans leur ordonnance, les magistrats instructeurs ont suivi les réquisitions du parquet de Paris et ordonné qu'il soit jugé pour "recel de malfaiteurs terroristes". Une accusation moins lourde donc, qui lui permet d'échapper aux assises.

Depuis son arrestation, Jawad Bendaoud, toujours incarcéré aujourd'hui, n'a cessé de clamer son innocence. Son procès devrait se tenir dans les six prochains mois.

A lire aussi

Sur le même sujet

Près du Bourget, un monde mérovingien découvert dans des fouilles archéologiques

Près de chez vous

Les + Lus