Quand les détenus de la maison d'arrêt de Villepinte font un “Mannequin Challenge”

Quand les détenus de la maison d'arrêt de Villepinte font un "Mannequin Challenge"
Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre des détenus de la prison de Villepinte réaliser un "Mannequin Challenge". On y voit plusieurs détenus immobiles mimer un deal de cannabis ou se photographier avec leur téléphone portable.

Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre des détenus de la prison de Villepinte réaliser un "Mannequin Challenge". On y voit plusieurs détenus immobiles mimer un deal de cannabis ou se photographier avec leur téléphone portable.

Par France 3 Paris IDF

L'équipe de campagne d'Hillary Clinton, la sélection nationale de foot espagnole, les Cleveland Cavaliers dans le Bureau ovale, avec Michele Obama... Les Mannequin Challenges ont envahi la Toile depuis quelques mois. Sphère politique, milieu sportif... Tout le monde s'est emparé du phénomène. Jusqu'aux détenus de la maison d'arrêt de Villepinte, en Seine-Saint-Denis !

En tout point, la vidéo diffusée sur la page Facebook "Actu pénitentiaire" reste fidèle aux codes du Mannequin Challenge : des acteurs immobiles, mimant toute sorte de situation, pendant que la caméra s'aventure d'une seynète à l'autre. Le tout sur fond musical.

Deal de cannabis

En l'occurence, durant près de deux minutes, les détenus miment un deal de cannabis, se montrent munis de liasse de billets, ou d'un téléphone portable, dont l'usage reste prohibé en prison.

"C'est de la provocation. Cela donne un sentiment d'impunité", a réagi Philippe Kuhn, le directeur régional du syndicat pénitentiaire des surveillants Île-de-France. Les détenus font "un pied-de-nez aux politiques et au personnel pénitentiaire", poursuit-il, déplorant le manque de fouilles systématiques dans les établissements pénitentiaires.

A Villepinte, relève-t-il, plusieurs incidents ont déjà eu lieu, en lien avec les réseaux sociaux : profils Facebook, directs Periscope réalisés par des détenus. "Aujourd'hui, on ne trouve "que" des plants de cannabis dans les cellules. Mais demain, ce seront des armes ?", dénonce le syndicaliste.

La vingtaine de détenus encourent des sanctions disciplinaires et judiciaires a indiqué l'administration pénitentiaire à l'AFP.


Sur le même sujet

Un Soir à Paris : West Side Story

Près de chez vous

Les + Lus