13-Novembre : deux ans après, la douleur et le fardeau administratif pour les familles

Un hommage à Gilles Leclerc, victime des attentats de Paris, le 13 novembre 2015. / © France 3 Paris IDF
Un hommage à Gilles Leclerc, victime des attentats de Paris, le 13 novembre 2015. / © France 3 Paris IDF

Deux ans après les attentats de Paris, la mémoire de Gilles Leclerc est toujours vive à Saint-Leu-la-Forêt, dans le Val-d'Oise. Ce fleuriste de 32 ans est tombé sous les balles des terroristes, le 13 novembre 2015. Outre la douleur, sa famille doit faire face aux difficultés administratives.

Par France 3 Paris IDF/VP et ET

Dans la boutique de fleurs, il ne reste que les souvenirs. Sans son fils Gilles, tué au Bataclan le 13 novembre 2015, sa mère Nelly n'a pas réussi à poursuivre son activité.
13-Novembre : deux ans après, la douleur et le fardeau administratif pour les familles
Deux ans après les attentats de Paris, la mémoire de Gilles Leclerc est toujours vive à Saint-Leu-la-Forêt, dans le Val-d'Oise. Ce fleuriste de 32 ans est tombé sous les balles des terroristes au Bataclan le 13 novembre 2015. Deux hommages lui ont été rendu ce week-end. Intervenants : Nelly Leclerc (mère de Gilles, tué le 13 novembre au Bataclan), Alexandra Le Trionnaire (soeur de Gilles Leclerc) - V. Ponsy / G. Bezou
Son fils s'apprêtait à reprendre le magasin familial. Et la machine administrative ne s'est pas arrêtée. Ce sont désormais seuls que les proches de Gilles doivent faire face aux difficultés.
Le préjudice économique subi après la mort de Gilles n'est toujours pas reconnu. Depuis deux ans, sa soeur réclame un meilleur accompagnement des victimes des attentats.

Unique réconfort

Pour la famille de Gilles, les hommages restent l'unique réconfort. A deux pas de l'école de son enfance, à Saint-Prix, une plaque en sa mémoire a été dévoilée au pied de son arbre préféré : un érable du Japon. Une cérémonie intime organisée par ses amis avec le soutien des élus.

Monument aux morts

Les commémorations du 11-Novembre étant dédiées à toutes les victimes de guerre, ainsi qu'aux victimes du terrorisme, le nom de Gilles Leclerc sera inscrit sur le monument aux morts de cette commune du Val-d'Oise.

Deux ans après les attentats, les parents de Gilles n'ont pas été entièrement indemnisés. Au mois de juin, l'aide aux victimes du terrorisme a été réorganisée, avec notamment la suppression du secrétariat d'Etat en charge des victimes. De quoi susciter encore l'inquiétude des centaines de victimes et de leurs familles.

A lire aussi

Sur le même sujet

13-Novembre : deux ans après, la douleur et le fardeau administratif pour les familles

Près de chez vous

Les + Lus